Fribourg : FIFF 2019

, popularité : 16%

Le Festival International de Films de Fribourg dévoile les sections qui feront vivre son édition 2019, marquée par des questionnements sur l’identité, l’exil et le racisme ordinaire qui traversent notre planète.

À noter : à l’est, une lecture rafraîchissante du cinéma sud-coréen avec l’écrivaine Elisa Shua Dusapin et le réalisateur Bong Joon-ho ; à l’ouest, le combat contre les discriminations subies par les actrices afro-descendantes, dénoncées dans le manifeste Noire n’est pas mon métier. En parallèle à ces lignes fortes, la section Nouveau territoire explorera le dynamisme insoupçonné du cinéma des Caraïbes. À l’enseigne de Cinéma de genre, c’est la comédie romantique qui sera mise à l’honneur, un genre universel qui fédère le public autant qu’il divise les critiques. C’est avec deux d’entre elles que s’ouvrira et se clôturera le FIFF : la comédie fantastique chinoise How Long Will I Love U le 15 mars 2019 et l’étonnante romance philippine Meet me in St. Gallen , dont le titre ne manquera pas d’intriguer, le 23 mars 2019.

Film d’ouverture : « How Long Will I Love U »

Compétitions internationales
Véritable colonne vertébrale du Festival, les Compétitions Internationales permettent au public de découvrir les plus belles productions cinématographiques d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine ainsi que du Proche et du Moyen-Orient. Douze longs métrages et quinze courts métrages seront diffusés en présence de leurs réalisatrices et réalisateurs en Premières suisses, européennes, internationales ou mondiales. Ils feront la part belle à une jeunesse en quête de sens et à la recherche d’un monde meilleur.

Première suisse : « A Thousand Girls Like Me » de Sarah Mani

Double carte blanche coréenne
Unanimement saluée par la critique pour son dernier roman Les Billes du Pachinko, l’écrivaine jurassienne Elisa Shua Dusapin présidera la section Diaspora qui décline chaque année les thèmes de l’exil et de l’interculturalité. Six films sélectionnés par ses soins raconteront son pays d’origine, la Corée du Sud, et le regard qu’elle porte sur celui-ci. Une immersion dans l’Asie de l’Est qui s’enrichira de la présence de Bong Joon-ho, maître du cinéma sud-coréen moderne. Le réalisateur de Memories of Murder, The Host, Snowpiercer ou encore Okja livrera au public du FIFF les films qui l’ont marqué, chefs-d’œuvre empreints d’une vraie folie, qu’il n’a jamais pu voir sur grand écran.

A noter encore
- Décryptage : un cinéma qui respecte la femme noire
En mai dernier paraissait le livre coup de poing Noire n’est pas mon métier aux Éditions du Seuil, co-écrit par 16 comédiennes françaises afro-descendantes pour dénoncer les humiliations et clichés racistes dont elles sont victimes. Pour le FIFF, elles ont choisi, chacune, une œuvre qui respecte la femme, la couleur ou la femme noire. En tout, 15 films africains et internationaux seront diffusés en présence d’une partie des comédiennes, dont la curatrice de la section Magaajyia Silberfeld.

« Daughters of the Dust » de Julie Dash

- A la découverte du cinéma caribéen.
Avec la section Nouveau territoire, le FIFF poursuit son exploration du cinéma qui s’affranchit du Vieux Continent et qui empoigne les thèmes du traumatisme de l’esclavagisme ou de la construction de l’avenir des jeunes.

Du 15 au 23 mars 2019

Voir en ligne : FIFF 2019