Aix : Nicolas de Staël en Provence

, popularité : 26%

A travers 71 peintures et 26 dessins provenant de prestigieuses collections internationales publiques et privées, l’exposition présentée à l’Hôtel de Caumont se concentre, pour la première fois et de manière exclusive, sur le développement de l’œuvre de Nicolas de Staël lors de son séjour en Provence, entre juillet 1953 et octobre 1954, dans ses ateliers de Lagnes, puis de Ménerbes.

Nicolas de Staë̈l, « Ciel de Vaucluse », 1953
Huile sur toile, 16 x 24 cm, CR 666 © Adagp, Paris, 2018 photo : © Jean Louis Losi

Cette période marque un tournant dans la vie et l’œuvre de l’artiste, qui puise son génie dans un contexte émotionnel troublé par une relation amoureuse périlleuse, mais également la découverte de la lumière du midi et l’expérience intense de la solitude, qui nourrissent son imaginaire et introduisent un rythme à la fois fébrile et intense à sa production artistique.

Lorsqu’il est à Lagnes en juillet 1953, le regard du peintre s’intensifie. Les paysages sont saisis au plus près de leur motif avec une attention portée sur l’évolution de la lumière au fil de la journée. En août, le peintre entame son voyage en Italie qui le conduit jusqu’en Sicile, point culminant de son interêt pour ce périple. Son appréhension des paysages lui permet, une fois de retour à Lagnes, de mettre en chantier ses grands tableaux, à partir des notes prises dans ses carnets à Fiesole, Agrigente, Selinonte, Syracuse. A la même époque, l’état passionnel de sa relation amoureuse trouve aussi son écho dans les grands tableaux de Nus qui renouvellent le genre.

Nicolas de Staël, « Sicile », 1954
Huile sur toile, 65 x 85 cm, CR 765, collection particulière © Adagp, Paris, 2018, photo : © Jean Louis Losi

Naviguant du désespoir le plus profond à l’exaltation la plus haute, le peintre a la certitude, en 1954, d’avoir donné le maximum de sa force. Lorsqu’il prépare son exposition à New-York, il écrit à Paul Rosenberg, son marchand en Amérique : «  Je vous donne là, avec ce que vous avez, de quoi faire la plus belle exposition que je n’ai jamais faite. »

L’exposition Nicolas de Staël en Provence rend compte des plus hautes envolées picturales du peintre, insufflées par ses doutes les plus profonds, par une joie débordante et par une immense fragilité qui se meut en puissance créatrice Herculéenne.

Du 27 avril au 23 septembre 2018

Voir en ligne : Hôtel de Caumont - Centre d’Art