Bâle : « Arabie heureuse ? »

, popularité : 4%

Grâce à de nombreux prêts provenant de musées européens, le Musée des Antiquités peut présenter une intéressante exposition sur l’Arabie antique, du temps de la Reine de Saba.

Parfums enjôleurs, or, argent, pierres précieuses comme signes d’une richesse infinie, énormes caravanes chargées de marchandises exotiques, et légendaire reine de Saba. Ce ne sont que quelques caractéristiques de l’Arabie du Sud antique dans le Yémen actuel. L’exposition du Musée des Antiquités éclaire cette région peu connue grâce à des prêts de nombreux musées européens.br>

Qui ne connaît pas l’histoire de la légendaire Reine de Saba ? Elle aurait voyagé de l’Arabie lointaine jusqu’à Jérusalem avec sa caravane de chameaux afin d’offrir son précieux chargement au roi Salomon. La souveraine et surtout son pays d’origine – l’Arabie du Sud antique soit l’actuel Yémen – ont depuis toujours été associés à une immense richesse. Ce n’est pas par hasard que les auteurs grecs et latins évoquaient cette région sous l’appellation d‘« Arabie Heureuse ». Cette désignation avait – au-delà du mythe – un véritable fondement.

L’Arabie du Sud était un acteur important du commerce longue distance entre l’Afrique de l’Est, l’Inde et le bassin méditerranéen. Elle livrait notamment les produits de luxes convoités par l’Occident tel que l’encens et la myrrhe, mais également des épices, des textiles et des pierres précieuses pour lesquels l’Occident devaient payer le prix fort afin de les faire venir de cette contrée lointaine par les routes caravanières.

Divers royaumes profitaient de cette prospérité qui marqua l’histoire sudarabique entre le 8e siècle av. J.-C. et le 6e siècle après J.-C. Grâce à son système d’irrigation complexe, cette région inhospitalière put être habitée et les voies caravanières contrôlées. L’exposition de l’Antikenmuseum raconte la richesse légendaire de ces royaumes et présente près de 90 œuvres du Yémen antique grâce à la coopération de plusieurs musées européens.

Du 18 janvier au 2 juillet 2017

Voir en ligne : Antikenmuseum Basel