Évian : Raoul Dufy

lundi 6 février 2017
popularité : 16%

L’exposition « Raoul Dufy, le bonheur de vivre » présentée au Palais Lumière célèbre l’aisance, la profusion et l’éclat du travail d’un artiste épris de nature et de liberté, à travers plus de 200 œuvres (peintures, gouaches, aquarelles, dessins, gravures, pochoirs, céramiques, tapisseries, tissus imprimés...) et de nombreux documents relatifs à son activité de décorateur, provenant de collections publiques et privées.

Sans renoncer aux acquis de la culture classique, Dufy s’affranchit des hiérarchies que l’académisme préconise en distinguant les arts réputés majeurs et les arts décrétés mineurs. Il affirme une « conception moderne de l’Art, de la Beauté et de la Joie » qui échappe aux pesanteurs dogmatiques de l’histoire de l’art du XXe siècle en nous faisant partager le plaisir renouvelé de la peinture et de ses riches applications au domaine de la mode et des arts décoratifs.

Dufy s’affirme comme une sorte d’imagier moderne tout en se démarquant de l’ésotérisme des peintres nabis par le registre essentiellement profane de son inspiration. Il doit une grande part de son expérience de décorateur aux premiers succès de ses bois gravés. Il y assume à la fois l’héritage des graveurs du Moyen Age et de la Renaissance qui ont porté l’art de la xylographie au sommet de la concision formelle et narrative, mais aussi l’héritage de plus modestes représentants de l‘art populaire. Dufy invente un langage original dont il ne cessera par la suite de transposer le vocabulaire imagé dans les techniques les plus variées que le hasard ou la nécessité lui permettront d’aborder.

Sa curiosité pour les techniques artisanales singularise encore sa démarche. Passant de l’impression graphique à l’impression textile, il ne se contente pas simplement d’appliquer des formules traditionnelles, il associe l’exploration des connaissances pratique à l’amélioration constante de son travail. Il expérimente ainsi une grande variété de techniques, perfectionne l’emploi des procédés courants, leur trouve de nouvelles applications avec l’aide d’ingénieurs et de chimistes confirmés.
Dufy demeure ainsi avant tout un inlassable chercheur.

Du 11 février au 5 juin 2017



Commentaires

Annonces

Nouveautés du mois !

FESTIVAL

Les Rencontres de Coppet, dès le 4 avril

Festival de musique du Haut-Jura, du 9 au 23 juin 2017

Festival Lavaux Classic, du 22 juin au 2 juillet

Genève : Théâtre de l’Orangerie, du 27 juin au 30 septembre

Évian : Rencontres musicales, du 30 juin au 9 juillet

Genève : Musiques en été, du 1er juillet au 18 août

Piano à Saint-Ursanne, du 2 au 13 août

CINEMA

Lausanne : Cinémathèque suisse en juin

Cine Die de juin

MUSIQUE

Genève : Berliner Philharmoniker, le 27 juin

Genève : Concerts en Vieille-Ville, dès le 29 juin

Lausanne : 12 violoncellistes de la Philharmonie de Berlin, le 29 juin

SPECTACLES

Mézières : « Le Jour du Grand Jour » par le Théâtre Dromesko

Tournée : « Roméo et Juliette » par les ArTpenteurs, jusqu’à fin septembre

Zurich + Genève : « OVO » par le Cirque du Soleil, en octobre

EXPOSITIONS

Paris : « Sérénissime ! », jusqu’au 25 juin

Bâle : « Arabie heureuse ? », jusqu’au 2 juillet

Paris : Camille Pissaro, jusqu’au 16 juillet

Pully : Édouard Morerod, jusqu’au 30 juillet

Bâle : « ¡Hola Prado ! », jusqu’au 20 août

Chantilly : Bellini, Michel-Ange.., jusqu’au 20 août

Paris : chefs-d’œuvre du Bridgestone Museum, jusqu’au 21 août

Amsterdam : 1917. Romanov & Révolution, jusqu’au 17 sept.

Montricher : Federico García Lorca, jusqu’au 24 septembre

Vevey : Oskar Kokoschka , jusqu’au 1er octobre

Bâle : Malevich, Kandinsky & porcelaine, jusqu’au 8 octobre

Aix : Sisley l’impessionniste, jusqu’au 15 octobre

Paris : Kiefer / Rodin, jusqu’au 22 octobre

Paris : David Hockney, du 21 juin au 23 octobre

Lausanne : Chefs-d’œuvre de la collection Bührle, jusqu’au 29 octobre

Paris : « Medusa - bijoux et tabous », jusqu’au 5 novembre