Genève : Martin Disler

, popularité : 11%

Avec Martin Disler. Des coups au cœur, le Cabinet d’arts graphiques du Musée d’art et d’histoire de Genève (CdAG) invite à découvrir un choix d’estampes, de dessins, de manuscrits et de matrices des dernières années de la carrière de l’artiste soleurois, qui pratiqua dès 1969 un art intuitif et puissant, libre de tout programme ou théorie.

Artiste autodidacte et farouchement indépendant, Martin Disler (1949-1996) a laissé derrière lui un travail pleinement inscrit dans les préoccupations de son époque. Cultivant un art très personnel, il participe au renouveau de la figuration du début des années 1980, en réaction à l’hégémonie du minimalisme et de l’art conceptuel. La figure est le sujet principal de ce travail profondément introspectif. L’artiste suggère des corps, les fragmente, les malmène, interrogeant leurs rapports à l’amour, à la violence ou à la mort. Porté par un profond désir d’absolu, l’œuvre de Disler jaillit avec force, exposant ses combats intérieurs et ses déchirements avec une clairvoyance et une sincérité
déconcertantes. Urgente et inextinguible, cette expression prend indifféremment la forme de peintures, de dessins, d’estampes, d’objets ou de textes.

Martin Disler (1949-1996) expérimenta sans limites les médiums graphiques, la littérature, la peinture puis la sculpture, pour donner corps à des visions intimes liées à la violence, la sexualité ou la mort. Son œuvre abondant et protéiforme a été reconnu internationalement dès le début des années 1980.

En 1989, le Cabinet des estampes du MAH a exposé son œuvre et publié le premier volume du catalogue raisonné de son œuvre gravé. Bénéficiaire d’une importante donation de la veuve de l’artiste en 2002, le Cabinet d’arts graphiques prolonge cette démarche et souligne la générosité de ce geste en présentant un choix d’estampes, de dessins et de matrices des dernières années de sa carrière, replacées dans leur contexte contemporain.

Du 7 avril au 30 juillet 2017

Voir en ligne : Cabinet d’arts graphiques