Vevey : “I due Foscari“ & “Simon Boccanegra“

 décembre 2007
par  Bernard HALTER
popularité : 11%

Le Théâtre de Vevey accueille chaque année une saison d’opéra dans ses murs. Malgré sa taille relativement modeste, le lieu offre un cadre de scène et une fosse suffisamment grande pour héberger des productions d’opéras romantiques. I due Foscari et Simon Boccanegra, de Verdi, seront à l’affiche en décembre et en janvier.

Après des raretés verdiennes telles que Stiffelio ou Giovanna d’Arco, des grands classiques comme Falstaff et La Traviata, Vevey proposera des ouvrages d’une relative notoriété.
L’Opéra National de Bucarest sera aux commandes de Simon Boccanegra alors que les fidèles Biennois, emmenés depuis le pupitre de direction par Franco Trinca, assureront I due Foscari. Dans la production du compositeur italien, la « Trilogie populaire » constituée par Rigoletto, Il Trovatore et La Traviata tient volontiers lieu de pivot : il y a les opéras d’« avant » et ceux d’« après » ledit triptyque. Les deux prochains ouvrages explorent ces deux portions du vaste legs lyrique du chef de file du romantisme italien. Paraboles du Risorgimento italien, les deux opéras s’inscrivent dans une veine dramatique exacerbée et, comme souvent chez Verdi, les déchirements amoureux ont pour trame les conspirations de familles adverses engagées dans des luttes de pouvoir aux XIVème et XVème siècles.

JPEG - 48.3 ko
Simon Boccanegra

Simon Boccanegra est le plus tardif des deux opéras donnés à Vevey. Créé en 1857, il annonce par son langage harmonique Don Carlo et, encore d’assez loin il est vrai, les ultimes Otello et Falstaff. La deuxième version de Simon Boccanegra – celle retenue par l’Opéra de Bienne – a d’ailleurs été remaniée par le librettiste Arrigo Boïto, lequel débuta sa fructueuse collaboration avec le compositeur par ces adaptations. La première mouture signée Francesco Maria Piave avait souffert, tout comme la musique de Verdi, d’un jugement critique dénonçant l’oppression générale présente au sein de la pièce.
L’Opéra National de Bucarest, « réputé pour son renouvellement esthétique » annonce le Théâtre de Vevey, est reçu pour la première fois dans la bourgade lémanique. On se souvient avec bonheur de plusieurs opéras montés par la compagnie biennoise. Stiffelio avait – peut-être plus encore que d’autres – marqué les esprits et fidélisé le public veveysan.

JPEG - 50.9 ko
I due Foscari © Patrick Pfeiffer

S’en rapprochant dans la chronologie des opéras du compositeur, I due Foscari date de 1844 et rassemble tous les ingrédients du Verdi des débuts, alors attaché à se faire connaître des public milanais et romain. Inspiré d’une pièce de Byron, le sujet se déroule à Venise sur fond de carnaval, de Conseil des Dix, sous la houlette du doge. Au-delà de ces aspects quelque peu pittoresques et historiques, I due Foscari dépeint les tensions familiales et les meurtrissures de l’âme qu’elles entraînent avec une grande finesse. Rappelons qu’il sera possible d’y entendre le très convaincant baryton verdien Michele Govi dans le rôle de Francesco Foscari.

Bernard Halter

Jeudi 6 décembre à 19h30 : Simon Boccanegra. Opéra National de Bucarest.
Mardi 22 janvier à 19h30 : I due Foscari. Opéra & Orchestre symphonique de Bienne.
Location : 021 925’94’94



Commentaires

Annonces

Nouveautés du mois !

FESTIVAL

Les Rencontres de Coppet, jusqu’au 12 novembre

Genève : Théâtre de l’Orangerie, du 27 juin au 30 septembre

Genève : Musiques en été, du 1er juillet au 18 août

Puplinge Classique Festival, du 15 juillet au 19 août

Piano à Saint-Ursanne, du 2 au 13 août

CINEMA

Cine Die de juillet - août

MUSIQUE

Genève : Concerts en Vieille-Ville, en juillet

Genève : Diana Krall, le 15 octobre

SPECTACLES

Mézières : « Le Jour du Grand Jour » par le Théâtre Dromesko

Tournée : « Roméo et Juliette » par les ArTpenteurs, jusqu’à fin septembre

Zurich + Genève : « OVO » par le Cirque du Soleil, en octobre

EXPOSITIONS

Pully : Édouard Morerod, jusqu’au 30 juillet

Bâle : « ¡Hola Prado ! », jusqu’au 20 août

Chantilly : Bellini, Michel-Ange.., jusqu’au 20 août

Paris : chefs-d’œuvre du Bridgestone Museum, jusqu’au 21 août

Hermance : Aris Georgiou, du 29 juin au 9 septembre

Amsterdam : 1917. Romanov & Révolution, jusqu’au 17 sept.

Montricher : Federico García Lorca, jusqu’au 24 septembre

Vevey : Oskar Kokoschka , jusqu’au 1er octobre

Vevey : « Vertige de la couleur », du 30 juin au 1er octobre

Bâle : Malevich, Kandinsky & porcelaine, jusqu’au 8 octobre

Aix : Sisley l’impessionniste, jusqu’au 15 octobre

Paris : Kiefer / Rodin, jusqu’au 22 octobre

Paris : David Hockney, jusqu’au 23 octobre

Lausanne : Chefs-d’œuvre de la collection Bührle, jusqu’au 29 octobre

Paris : Derain, Balthus, Giacometti, jusqu’au 29 octobre

Paris : « Medusa - bijoux et tabous », jusqu’au 5 novembre