Paris : « Le jardin secret des Hansen »

, popularité : 8%

La collection Ordrupgaard que présente le Musée Jacquemart-André a été constituée par un couple féru d’art, les danois Wilhelm (1868-1936) et Henny (1870-1951) Hansen.

Homme d’affaires passionné d’art, esprit indépendant et visionnaire, Wilhelm Hansen assemble en seulement deux ans entre 1916 et 1918 une collection unique en Europe d’œuvres représentatives de l’impressionnisme et du post- impressionnisme de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle. Une sélection de plus de 40 tableaux est ainsi présentée pour la première fois à Paris.

De Corot à Cézanne et Matisse, en passant par les paysages changeants de Monet, Pissarro, Sisley et les doux portraits de Renoir, Morisot ou Gonzalès, l’exposition permettra de découvrir des trésors peu connus en France. Seront également mis à l’honneur des artistes aussi emblématiques que Degas, Manet ou Courbet, avant un final consacré à l’art vibrant et sensuel de Gauguin.

Pour leurs premières acquisitions, Henny et Wilhelm Hansen portent leur choix sur des œuvres d’artistes de l’âge d’or danois, comme Johan Thomas Lundbye, ou contemporains, comme L.A. Ring, Viggo Johansen ou Vilhelm Hammershøi.
Puis, au cours de ses nombreux déplacements professionnels à Paris, Wilhelm Hansen découvre la peinture moderne française et acquière, de 1916 à 1918, des œuvres de Manet, Monet, Renoir, Cézanne, Gauguin...

Il s’adresse aux plus grands marchands parisiens, comme Bernheim-Jeune, auquel il achète Le Pont de Waterloo, temps gris de Monet et le Portrait de Madame Marie Hubbard par Morisot, ou Paul Rosenberg qui lui vend Le Garage des bateaux-mouches de Sisley. Chaque tableau est choisi avec soin, souvent sur la recommandation du critique Théodore Duret, ami du groupe impressionniste et l’un de leurs plus fervents admirateurs. C’est lui qui conseille à Wilhelm Hansen d’acquérir la Corbeille de poires de Manet, une œuvre tardive de l’artiste qui deviendra l’un des tableaux favoris du collectionneur.

Du 15 septembre 2017 au 22 janvier 2018

Après le Musée Jacquemart-André, l’exposition sera présentée dans d’autres musées d’envergure en Europe et dans le monde, comme le Musée des Beaux-Arts du Canada à Ottawa.

Voir en ligne : Musée Jacquemart-André, Paris