Milan, Scala : Révolution

, par  Anouk MOLENDIJK , popularité : 27%

Mais la révolution commencée par Stéphane Lissner avec Don Carlo aura de nouveau lieu : les jeunes pourront assister à une avant-première de l’ouverture de la saison, cette année Carmen de Bizet.

L’œuvre sera dirigée par Daniel Barenboim et mise en scène par Emma Dante. Cette jeune metteuse en scène dirige à Palerme sa propre compagnie théâtrale, dont on a pu voir une « opérette amorale » lors du Festival de la Bâtie à Genève, Le pulle. Elle rendra ici au conte de Mérimée sa noirceur, et veut présenter une Carmen tel un «  animal blessé qui se bat pour survivre », prévoyant de « la faire chanter avec cinq petites filles tournant autour d’elle comme des mouches ». Les décors seront réalisés par Richard Peduzzo, scénographe habituel de Patrice Chéreau. On trouvera l’un des meilleurs Don José du moment, Jonas Kaufmann, ainsi qu’Erwin Schrott en Escamillo, aux côtés d’Anita Rachvelishvili dans le rôle-titre.

« Carmen », avec Anita Rachvelishvili (Carmen) et Jonas Kaufmann (Don José)
© Marco Brescia - Teatro alla Scala


Vient ensuite Rigoletto de Verdi en janvier et février, avec James Conlon au pupitre et Gilbert Deflo à la mise en scène ; Stefano Secco interprétera le Duc de Mantoue, tandis que Leo Nucci et Gazale Alberto chanteront en alternance le rôle de Rigoletto. Suivra Don Giovanni de Mozart, dirigé par Louis Langrée et mis en scène par Peter Mussbach, avec Erwin Schrott et Peter Mattei en alternance dans le rôle-titre, en janvier-février.
Autre événement notable, la reprise en février-mars de la production De la maison des morts de Janácek, vue à Aix-en-Provence en 2007. La mise en scène fluide de Patrice Chéreau, qui soulignait les individualités de la masse de bagnards par une excellente direction d’acteurs, y avait rencontré un accueil plus que favorable. Esa-Pekka Salonen dirigera l’ouvrage, et on trouvera notamment dans la distribution des chanteurs d’une grande qualité tels que Willard White, Eric Stoklossa et Stefan Margita.

Erwin Schrott sera Escamillo, puis Don Giovanni
© Uli Webber

Du côté wagnérien, Tannhaüser en mars-avril, dirigé par Zubin Mehta, avec Robert Dean Smith dans le rôle-titre, face à l’Elisabeth d’Anja Harteros et la Vénus de Julia Gertseva. La mise en scène sera assurée par la compagnie catalane La fura dels Baus, dont les productions innovatrices laissent présager une lecture décapante de l’œuvre, qui sera sans doute relevée par d’impressionnants dispositifs scéniques, comme l’imposante marionnette du Grand Macabre à Bruxelles. A la même période sera présentée Lulu de Berg dans sa version achevée par Friedrich Cerha (coproduction Opéra national de Lyon/Wiener Festwochen) avec l’immense Peter Stein à la mise en scène. Le rôle-titre sera chanté par l’une des plus persuasives séductrices actuelles, Laura Aikin, dirigée par Daniele Gatti.
Placido Domingo fêtera ses quarante ans à la Scala le 9 décembre, le ténor ayant fait ses débuts en Ernani en 1969. Il chantera le rôle-titre de Simon Boccanegra de Verdi, en avril-mai, avec Daniel Barenboim au pupitre et le jeune Italien Federico Tiezzi à la mise en scène. Carlos Alvarez interprètera en alternance le rôle du Doge de Gênes. On retrouvera toujours avec joie Placido Domingo dans une nouvelle production du Ring des Nibelungen de Wagner, également dirigée par Daniel Barenboim. La mise en scène sera confiée à un habitué des formes longues, le metteur en scène belge Guy Cassiers, dont le Triptyque du pouvoir présenté à Avignon fut un succès. La tétralogie débutera en mai 2010 avec le Rheingold, la suite aura lieu en décembre 2010 avec Die Walküre, Siegfried en automne 2012, et on pourra voir l’intégrale en juin 2013.

Roberto Scanduzzi sera Méphistophélès

Le Faust de Gounod sera présenté en juin-juillet, avec Stéphane Denève à la baguette et le trio Marcello Giordani (Faust), Roberto Scandiuzzi (Méphistophélès) et Irina Lungu (Marguerite). La mise en scène sera assurée par le Lituanien Eimuntas Nekrosius, qui poursuivra donc son approche du mythe, ayant monté un Faust poétique et épuré à l’image de la pièce originale de Goethe à l’Odéon la saison dernière. Le mythique Barbier de Séville rossinien de Jean-Pierre Ponelle sera dirigé par Jean-Christophe Spinosi en juillet. D’excellents interprètes y formeront les couples : Joyce di Donato/Kate Aldrich et Juan Diego Florez/Lawrence Brownlee.
Aussi à l’affiche en septembre-octobre 2010 : L’occasione fa il ladro de Rossini, L’elisir d’amore de Donizetti dirigé par Donato Renzetti dans la mise en scène fine et pétillante de Laurent Pelly. La jeune soprano géorgienne Nino Machaidze (Adina), ancienne élève talentueuse de l’Académie de la Scala, sera accompagnée du très charismatique Rolando Villazon, en alternance avec Francesco Demuro (Nemorino). Enfin, une nouvelle Carmen sera présentée, cette fois sous la direction de Gustave Dudamel.

Ballets et concerts
Pour les ballets, une Serata Béjart présentera L’oiseau de feu de Stravinski, Le Chant du compagnon errant de Gustav Mahler et Le sacre du printemps d’Igor Stravinsky en décembre 2009 et janvier 2010. Suivra Don Chisciotte en février, Trittico Novencento sur des musiques de Tchaikovsky, Chostakovitch et Balanchine en mai-juin, avec une avant-première pour les jeunes le 20 mai ; Romeo e Giulietta de Prokofiev chorégraphié par Kenneth MacMillan en juin-juillet ; une Serata Forsythe sur des musiques de Bach, Crossman-Hecht et Thom Willems en septembre 2010 ; et Onegin en octobre-novembre 2010. Les deux étoiles Roberto Bolle et Massimo Murru traverseront un bon nombre de ces productions.

La soprano Angela Denoke sera en récital le 7 mars
© DR

A cela s’ajoutent de nombreux concerts symphoniques, dirigés par d’excellents chefs tels que Pierre Boulez, Esa-Pekka Salonen ou encore Claudio Abbado, qui fera son retour dans l’institution. Un cycle Chopin-Schumann est aussi très attendu, ainsi qu’une série de récitals, avec Ildar Abrazakov (11 janvier), le baryton Simon Keenlyside (8 février), la soprano allemande Angela Denoke (7 mars), Christopher Maltman (12 avril), Fiorenza Cedolins, mémorable Elisabeth du Don Carlo de la saison scaligère précédente (10 mai), l’immense wagnérienne Waltraud Meier (24 mai) et la mezzo-soprano Sonia Ganassi (12 septembre).

Anouk Molendijk

www.teatroallascala.org

Voir en ligne : Teatro alla Scala, Milan