Genève : « Le voltigeur des Lumières »

, popularité : 8%

Alain Carré, dans une adaptation originale, incarne Pierre-Augustin Caron alias Beaumarchais, fils d’horloger qui devint écrivain, dramaturge, musicien, homme d’affaire, et parfois espion et marchand d’armes pour le compte du roi.

Alain Carré

Ce spectacle est un monologue ébouriffant d’une des figures les plus importantes du siècle des Lumières, annonciateur de la Révolution française et de la liberté l’opinion. Monologue autour de sa vie, de ses amours, de son amour pour la musique. L’auteur des Lumières dont la devise était « Il faut voir ? Non, il faut faire » semble avoir vécu 200 ans.

Au cours de la soirée, Alain Carré racontera à la première personne la vie de Beaumarchais, donnera la parole à sa maîtresse Amélie et lui répondra par lettre. La soirée se terminera avec « Aux abonnés de l’Opéra qui voudraient aimer l’opéra » un texte manifeste, qui veut remettre la poésie et le récit au cœur de l’art lyrique.

Refresh sur Beaumarchais
Malgré son statut social, un fils d’horloger, Beaumarchais s’essaya aux arts de la Musique et des Lettres. Jeune, il jouait de tous les instruments, sans toutefois jamais s’intégrer dans un corps de musiciens. Il écrivait des vers, des chansons, sans plus de succès. Lorsqu’il s’est mis au théâtre, il essuyait autant de critique. Personne ne voulait le reconnaître comme musicien, poète ou auteur. Ces paires ne voyait en lui que le fils d’un horloger, un homme habile en affaires au mieux. Peu lui importait, il était libre. À force de débattre, il s’était fait nombres d’ennemis. Repoussé de tous, il ne devait de compte à personne. Il n’apparentait à aucune coterie littéraire, ni politique, ni mystique. Il bravait tous les orages, un front d’airain à la tempête, les affaires d’une main et la guerre de l’autre.

Samedi 23 septembre à 19h30

Entrée libre