logo article ou rubrique
Hôtel de Caumont-Centre d’art, Aix-en-Provence
Aix : Hokusai, Hiroshige, Utamaro...

Les grands maîtres du Japon

Article mis en ligne le 4 décembre 2019

L’Hôtel de Caumont-Centre d’art présente les coutumes et la culture japonaise de l’époque d’Edo (deuxième moitié du XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle), à travers près de 200 estampes ukiyo-e.

Katsushika Hokusai (1760-1849, « Ejiri dans la province de Suruga », Série “Trente-Six Vues du Fuji” vers 1831, “Nishiki-e”
26,6 × 37,9 cm. Collection Georges Leskowicz, Photo : © Fundacja Jerzego Leskowicza

En plus d’objets et manuscrits anciens, la collection de Georges Leskowicz regroupe aujourd’hui 1800 estampes ukiyo-e (“image du monde flottant“ en japonais, désignant un nouvel art de vivre, reflet des plaisirs populaires de l’ère d’Edo, sous la dynastie Tokugawa, de 1603 à 1867) et autres objets remarquables dévoilés au public français pour la toute première fois.

Ils sont pour la plupart issus de la collection de Georges Leskowicz, l’une des plus importantes collections d’estampes japonaises dans le monde entier, signées des grands maîtres Harunobu, Utamaro, Sharaku, Hokusai, Hiroshige dont des chefs-d’œuvre comme Trente-Six Vues du Mont Fuji (1832–1833) d’Hokusai, Les soixante-neuf stations de la route Kisokaido d’Hiroshige et Eisen ainsi qu’un ensemble unique en France, de Surimono, qui seront le cœur de l’exposition.

« La Soirée de fête au sanctuaire Tenman Tenjin à Osaka »
Série “Images perspectives”, 1770-1775. Signé Utagawa Toyoharu ga “Nishiki-e”, 25,8 x 38,7 cm, Collection Georges Leskowicz, Photo : © Christian Moutarde

À cet ensemble d’estampes particulièrement précieuses viennent s’ajouter d’autres œuvres majeures des mêmes artistes, mais aussi d’autres noms célèbres tels que Harunobu, Utamaro, Koryūsai, Sharaku, Toyokuni, Kunisada. Faisant écho aux imageries des surimono, ces estampes montrent toute la variété technique et iconographique d’un art ancestral et fascinant. À travers un parcours thématique, l’exposition présente également des objets d’artisanat de l’époque, soigneusement choisis dans des collections publiques et privées.

Jusqu’au 22 mars 2020