logo article ou rubrique
Musée Maillol, Paris
Paris : Du Douanier Rousseau à Séraphine

Les grands maîtres naïfs

Article mis en ligne le 5 décembre 2019

Le Musée Maillol prolonge son exposition qui accueille plus d’une centaine d’œuvres des artistes dits « naïfs » (le Douanier Rousseau et Séraphine mais également André Bauchant, Camille Bombois, Ferdinand Desnos, Jean Ève, René Rimbert, Dominique Peyronnet et Louis Vivin).

Henri Rousseau, dit Le Douanier Rousseau, « Vue de la passerelle de Passy (bords de la Seine) », 1890-1891
Huile sur toile, 32,5 x 40 cm. Museo d’arte della Svizzera italiana, Lugano. Photo © Archivio fotografico del Museo d’arte della Svizzera italiana, Lugano

Appelés « primitifs modernes » par l’un de leurs fervents défenseurs, le collectionneur et critique d’art Wilhelm Uhde (1874-1947), ces artistes renouvellent la peinture à leur manière, à l’écart des avant-gardes et des académismes. Réunies pour la première fois à Paris, leurs œuvres livrent un pan souvent négligé de l’histoire de l’art de l’entre-deux guerres.

Dominique Peyronnet, « La Forêt ». Non daté
Huile sur toile, 61 x 81 cm. Collection du Musée International d’Art Naïf Anatole Jakovsky – Nice © Ville de Nice

Autodidactes, comme le Douanier Rousseau qui les précède, ils sont venus à l’art en secret ou sur le tard, mus par une vocation contrariée, une injonction divine ou par l’Histoire. Par nécessité, ils ont concilié leur pratique artistique avec une profession souvent modeste : cantonnier, employé de maison, lutteur de foire, imprimeur ou fonctionnaire des postes. S’ils ne se connaissent pas, certains exposent aux Salons, d’autres sont vus et soutenus par des amateurs influents. On trouve parmi ces derniers André Breton, Pablo Picasso, Vassily Kandinsky, Le Corbusier, Henri-Pierre Roché, Maximilien Gauthier, Wilhelm Uhde, Jeanne Bucher, Anatole Jakovsky et Dina Vierny, fondatrice du Musée Maillol.

En croisant approches historique, analytique et sensible des œuvres et de leur présentation au monde, le Musée Maillol lève le voile sur la dimension subversive de l’art dit naïf et présente ces naïfs, primitifs, modernes ou antimodernes, comme des grands artistes à contre-courant des avant-gardes.

Prolongation jusqu’au 23 février 2020