A Paris
Rendez-vous musicaux SM 191

Revue des productions proposées sur les scènes parisiennes.

Article mis en ligne le décembre 2006
dernière modification le 26 juin 2007

par François LESUEUR

Fin d’année straussienne du côté de l’Opéra Bastille avec une nouvelle reprise de la production désormais bien connue du Chevalier à la rose, réalisée par Herbert Wernicke initialement pour Salzbourg (du 2 au 30 décembre). Distribution renouvelée avec dans le rôle-titre la flamboyante Vesselina Kasarova qui succède à Von Otter, Graham et Kirschchlager, qui charmera sans difficulté la Maréchale d’Anne Schwanewilms, entendue il y a quelques années dans Fidelio au Châtelet et de Heidi Grant Murphy qui prêtera sa voix à Sophie. Retour de Franz Hawlata en Baron Ochs, que l’on sait superbe, aux côtés de Olaf Bär (Faninal), Michèle Lagrange (Marianne), le tout dirigé par Philippe Jordan. Du 17 janvier au 17 février 2007, retour du Don Giovanni de Mozart, conçu l’an dernier par Michael Haneke : controversé, dérangeant, soit, mais pour ceux qui apprécient les relectures soigneusement travaillées et pas seulement provocatrices par plaisir, il ne faudra pas manquer ce rendez-vous, d’autant que Peter Mattei (en alternance avec Gerald Finley) reprendra le rôle principal, en duo avec le magnifique Leporello de Luca Pisaroni et en compagnie de Christine Schäfer (Anna, en alternance avec Anja Harteros) et de Shawn Mathey (Ottavio). Nouvelle venue, l’Elvira de Anna Maria Martinez dirigée par Edward Gardner, en place de Sylvain Cambreling.

Toujours en janvier et toujours à la Bastille, troisième reprise avec Les contes d’Hoffmann, de Berlioz dans la mise en scène de Robert Carsen et sous la direction de Marc Piollet (25 janvier - 15 février). A cette occasion, le public parisien pourra découvrir l’Hoffmann de Rolando Villazon, avec Ekaterina Gubanova (Muse, Nicklausse), Franck Ferrari (Lindorf, Coppélius, Docteur Miracle, Dapertutto), Annette Dasch (Antonia), Nancy Fabiola Herrerra (Giulietta) et Patricia Petibon (Olympia).
Le Palais Garnier proposera un dytique entièrement nouveau, constitué du Journal d’un disparu de Janacek et du Château de Barbe-Bleue de Bartok. Ces deux productions seront dirigées par Gustav Kuhn et mises en scène par Alex Ollé et Carlos Padrissa de la Fura dels Baus (du 26 janvier au 16 février). La première réunira Michael König et Hanna Esther Minutillo, la seconde Willard White et Béatrice Uria-Monzon. Un concert du réveillon permettra de retrouver la soprano Angela Gheorghiu, entourée de Iulia Isaev et du baryton George Petean, accompagnée par Ion Marin, dans des œuvres de Mozart et des chansons roumaines (31 décembre à 19h30).

Le Théâtre du Châtelet devrait retrouver son public à partir du 11 décembre et ce jusqu’au 31 en raison de la programmation très attendue de Candide de Bernstein, jamais montée sur une scène parisienne : Robert Carsen réalisera la mise en scène, la direction musicale étant confiée à John Axelrod, avec William Burden et Kyle Pfortmiller (Candide), Anna Christy et Jeni Bern (Cunégonde), Lambert Wilson (Dr Pangloss, Martin, Voltaire), Kim Criswell (Old lady), et John Daszak (Governor, Vanderdendur). Toujours en décembre, récital de Felicity Lott (12), dans un programme sur mesure accompagné par Graham Johnson (Mahler, Schumann, Wolf, Sauguet, Debussy, Duparc, Coward et Messager..).
Janvier sera rossinien, avec La pietra de la paragone confiée à Giorgio Barberio Corsetti et Pierrick Sorin, dirigée par Jean-Christophe Spinosi et l’Ensemble Mattheus : dans les rôles principaux, Sonia Prina (Clarice), Jennifer Holloway (Aspasia), Laura Giordano (Fulvia), François Lis (Asdrubale), José Manuel Zapata (Giocondo), Joan Martin-Royo (Macrobio) et Gabriele Viviani (Pacuvio).

En fin d’année, la Salle Pleyel met les petits plats dans les grands en programmant le 7 décembre Les scènes de Faust de Schumann jouées par l’Orchestre de Paris et son chef Christoph Eschenbach, à la tête d’une brillante distribution qui réunira Matthias Goerne (Faust), Annick Massis (Gretchen), Alan Held (Méphistophélès), John Mark Ainsley (Ariel), Yvonne Naef (Sorge), Elsa Maurus (Marthe). Le lendemain, place au ténor Ben Heppner, royal interprète de Wagner (Lohengrin, Tristan und Isolde et Parsifal), dirigé par Myung-Whun Chung et le Philharmonique de Radio France, suivi de nombreux concerts de musique symphonique et notamment par une soirée carte blanche confiée au violoniste Laurent Korcia (9), Christie et sa bande jouant le 12, un oratorio de Noël signé Bach.
Un mois plus tard le Philharmonique de Radio France en compagnie de la mezzo Anne-Sophie von Otter, exécuteront des pages de Roussel, Dukas et Ravel. Le 16, soirée Vivaldi avec une version concertante de son opéra Farnace, dirigé par Jordi Savall et le Concert des Nations et interprété par Furio Zanasi, Adriana Fernandez, Gloria Banditelli, Elisabetta Scano, Sara Mingardo et Fulvio Bettini. Le lendemain, la soprano Sandrine Piau sera en concert avec l’Orchestre de Paris et Marek Janovski pour un programme Mozart, Dutilleux et Bruckner, le mois de janvier 2007 se terminant avec une exécution de La Bettulia liberata de Mozart donné par le Concentus Musicus Wien et le Arnold Schönberg Chor sous la houlette de Nikolaus Harnoncourt, avec les solistes : James Taylor (Ozia), Marijana Mijanovic (Giuditta), Luba Orgonasova (Amital), Georg Zeppenfeld (Achior), Eva Liebau (Cabri) et Elisabeth von Magnus (Carmi).

Belle moisson également du côté du Théâtre des Champs-Elysées, qui a prévu l’intégrale des symphonies de Beethoven par Frans Brüggen et son orchestre du XVIIIème siècle entre le 1er et le 4 décembre et notamment la 9ème le 4 avec Rebecca Nash, Wilke te Brummelstroete, Marcel Beekman et David Wilson-Johnson. Requiem de Mozart le 5 exécuté par Jean-Christophe Spinosi et l’Ensemble Matheus avec Karina Gauvin, Marie-Nicole Lemieux, Pavol Breslik et Robert Gleadow. Le chef Daniele Gatti dirigera Schubert et Mahler le 7 avec Ruth Ziesak et le National de France. Grand concert de la soprano coréenne Sumi Jo prévu le 12 où elle sera accompagnée par l’Orchestre national de Montpellier et Alain Altinoglu (Bellini, Donizetti, Offenbach et Thomas) un concert produit par Les Grandes Voix. Le 14 décembre le chef Bernard Haitink dirigera la symphonie n°15 de Chostakovitch ainsi que la Suite sur des vers de Michelangelo Buonarotti chantés par Matthias Goerne et le National de France. Concert Mozart le 15 donné par Magdalena Kozena et assuré musicalement par Giovanni Antonini à la tête du Concerto Armonico. Oratorio de Noël et cantates de Bach le 19, proposées par Christophe Rousset et Les Talens lyriques avec Kristina Hansson, Clare Wilkinson, Emiliano Gonzalez-Toro et Henk Neven. Rencontre détonante le 22 avec un duo de Suédois, Anne-Sophie von Otter et Peter Mattei, qui chanteront avec le Mahler Chamber Orchestra conduit pour l’occasion par Daniel Harding des œuvres de Nat King Cole, Frank Sinatra, Bing Crosby, Leonard Bernstein et Cole Porter. Programme Mozart et Mahler avec Das klagende lied par le National de France et Jaap van Zweden qui dirigera Twyla Robinson, Christiane Stotijn, Endrik Wottrich et Dietrich Henschel (20). Concert à deux le 22, le chef Alain Altinoglu dirigeant un remarquable couple lyrique, vu et entendu sur la scène de l’Opéra d’Avignon il a quelques saisons dans La Sonnambula, Patrizia Ciofi et Joseph Calleja : au programme des pages de Donizetti, Gounod et Massenet, une production Les Grandes Voix. Le 23 janvier, Nathalie Stuztmann interprétera Les Rückert-lieder de Mahler avec l’Ensemble Orchestral de Paris dirigé par John Nelson (Haydn et Elgar en complément).

Deux concerts à surveiller à la Cité de la Musique : le premier aura lieu le 19 janvier et sera dirigé par Jonathan Nott à la tête de l’Ensemble Intercontemporain avec au programme des œuvres de Luigi Nono et de Wolfgang Rihm chantées par les contraltos Noa Frenkel et Susanne Otto, le second ayant lieu le 24 à la salle des concerts, réunissant Les Arts Florissants et un chef inattendu en la personne de Paul Agnew, avec le contre-ténor Christophe Dumaux (Vêpres vénitiennes de Vivaldi). Dans le cadre des Grandes Voix, le baryton Ludovic Tézier sera en récital Salle Gaveau le 16 janvier avec Robert Gonnella. Du 27 janvier au 25 mars l’Opéra Comique redonnera sa chance au spectacle La Périchole ou la chanteuse et le dictateur d’après Offenbach, conçu par Jérôme Savary et dirigé par Gérard Daguerre.

Vu et entendu : malgré un Enée sans voix, Les Troyens de Berlioz, du regretté Herbert Wernicke, ont ébloui l’auditoire, grâce à la lecture captivante de Sylvain Cambreling et à la présence royale de Deborah Polaski, interpèrte inspirée et sûre de ses moyens, presque intactes, de Cassandre et de Didon (Bastille 4 novembre).

Ailleurs en France : fidèle à ses amours et à la curiosité qui la caractérise, Renée Auphan propose une nouvelle production mise en scène par Robert Fortune à partir du 27 janvier (dernière le 4 février), Colombe de Jean-Michel Damase, sur un livret d’Anouilh, avec Anne-Catherine Gillet, Sébastien Droy et surtout Felicity Lott, équipe dirigée par Jacques Lacombe. A ne pas manquer.

François Lesueur