Film de mai 2010 : “Les invités de mon père“

La cinéaste Anne le Ny nous offre une jolie comédie...

Article mis en ligne le mai 2010
dernière modification le 24 septembre 2011

par Philippe BALTZER

Les invités de mon père


(France 2009, 1h40) d’Anne le Ny avec Fabrice Luchini, Karin Viard et Michel Aumont.

Comme disait le regretté Tacite (55-120 ap. J.-C.) qui se demande bien ce qu’il vient faire dans cette affaire, « Tenir en bride sa propre famille n’est pas moins difficile que de gouverner une province ».
C’est le genre de citation que doit méditer cet octogénaire exemplaire qu’est Lucien Paumelle. Ancien résistant et médecin émérite, il décide, au soir de sa vie, d’embrasser la cause des sans-papiers ... en épousant en secret, et en seconde noces, une ravissante moldave de 55 ans sa cadette.
Il est des actes militants qui sont plus agréables à regarder que d’autres et des damnées de la terre pour qui on se damnerait bien !
Mis devant le fait accompli, les deux enfants de Lucien sont évidement surpris, un instant admiratif, puis franchement inquiets lorsqu’ils comprennent que la belle étrangère est aussi entreprenante que vénale et que leur géniteur n’a pas que des intentions pures et altruistes...

« Les invités de mon père », avec Michel Aumont (Lucien), Véronica Novak (Tatiana), Valérie Benguigui (Karine)
© Pathéfilms

Vous l’aurez compris, le second long métrage d’Anne le Ny traite à l’aquarelle et sur le ton de la comédie, des travers l’esprit « bobo-petit bourgeois » qui nous habite tous. Les dialogues sont enlevés et servis par un trio d’acteur d’exception : Michel Aumont est parfait dans son rôle de vieillard indigne et Karine Viard incarne avec charme une médecin à la fibre sociale en pleine crise de la quarantaine. Reste Fabrice Luchini, en avocat d’affaire désabusé, qui pose ce regard de « Ravi de la crèche », qui n’appartient qu’à lui, sur la nature humaine.
En 1999, Anne le Ny était distribuée dans le rôle de l’habilleuse d’Anne Alvaro dans Le Goût des autres d’Agnès Jaoui. La filiation par les femmes de chambre de ces deux œuvres, achèvera sans doute de vous convaincre que Les Invités de mon père est la meilleure comédie française qui vous tombera sous la pupille pendant quelques trimestres.

Philippe Baltzer