Sur les scènes parisiennes
Paris : Les saisons de la danse

Aperçu des nouvelles saisons danse à Paris.

Article mis en ligne le juillet 2010
dernière modification le 31 août 2010

par Stéphanie NEGRE

Au Théâtre des Champs-Elysées


Pour la saison 2010-2011, le théâtre des Champs-Elysées laisse la part belle aux compagnies russes.

Russel Maliphant dans « Eonnagata », programmé du 29/12/10 au 09/01/11 au Theatre des Champs Elysées
Photographie Erick Labbe

Ainsi, reçoit-il en décembre le Eifman Ballet Théâtre de Saint Petersbourg avec Anna Karénine de Boris Eifman, en février 2010, le Saint Petersbourg Ballet Théâtre avec Le Lac des cygnes de Konstantin Sergeev d’après Marius Petipa et La Belle au bois dormant de Marius Petipa et au printemps, pour la troisième année consécutive, les Saisons russes du XXIème siècle qui, poursuivant leur travail sur le répertoire des Ballets russes, remontent Petrouchka, Le Spectre de la rose, Les Sylphides et Les Danses polovtsiennes sur les chorégraphies d’Andris Liepa d’après Michel Fokine.
Enfin, à ne pas manquer (voir notre critique dans le numéro 217 de Scènes magazine), Eonnagata de Russel Maliphant est présentée au moment des fêtes de fin d’année.

A l’Opéra de Paris


Une fois de plus, la prochaine saison de l’Opéra de Paris est riche.

« Apollon », chorégraphie de George Balanchine programmé du 10 au 29/12/10 à l’Opéra de Paris
Photo Icare

Dans les grands classiques du répertoire, on retrouve, en octobre, Paquita de Pierre Lacotte, en mars, Coppélia de Patrice Bart et, à voir ou à revoir, les chefs-d’œuvre de Rudolf Noureev : Le Lac des cygnes programmé de décembre à janvier et Roméo et Juliette en mars.

« Le Lac des cygnes » programmé du 29/11/10 au 05/01/11 à l’Opéra de Paris
Photo Maurizio Petrone

Pour le répertoire du 20ème siècle, trois spectacles retiennent particulièrement l’attention : en novembre, Parsifal de John Neumeier interprété par le ballet de Hambourg, en décembre, le programme qui rassemble Apollon de George Balanchine, O zlozony / O composite de Trisha Brown et Le Sacre du printemps de Pina Bausch, enfin, en juin, pour clôturer la saison, L’Anatomie de la sensation, création de Wayne McGregor.

Aux Gémeaux, scène nationale de Sceaux


Les Gémeaux ont une fois de plus une saison intéressante pour la danse qui débute, en octobre, avec Nya, la nouvelle création d’Abou Lagraa sur le Boléro de Maurice Ravel et la seconde sur le Chant des Aurès d’Houria Aïchi. En mars, trois soirs sont consacrés à Agwa et Correria de Mourad Merzouki.

Brett Conway et Ricardo Zayas dans « Dust and light », chorégraphie de Alonzo King
© Frank Thibault

En mai, les rendez-vous chorégraphiques de Sceaux accueillent le ballet de Lorraine avec Sketches from chronicle de Martha Graham, Fabrications de Merce Cunningham et Vile parody of address de William Forsythe et l’Alonzo King’s Line Ballet avec Schéhérazade et Dust and light.

Stéphanie Nègre