Grand Théâtre de Genève
Portrait : Damiano Michieletto

Les Genevois font connaissance avec un metteur en scène talentueux.

Article mis en ligne le septembre 2010
dernière modification le 17 septembre 2010

par François JESTIN

Damiano Michieletto signe la nouvelle production du Barbiere di Siviglia, en ouverture de saison au Grand Théâtre.

Damiano Michieletto
Photo Artists Management Zürich

A tout juste 35 ans, le metteur en scène Damiano Michieletto a déjà une carrière bien remplie derrière lui. Ses premières productions remontent à 2002, avec en particulier un spectacle d’extraits du Barbiere di Siviglia au festival de Wexford, où il retourne l’année suivante pour une production de Svanda Dudàk, rareté de Weinberger, saluée par la critique.

Le festival Rossini de Pesaro lui met également le pied à l’étrier en 2004 en l’invitant pour une production d’Il Trionfo delle Belle de Pavesi, au Teatro Sperimentale. Lorsqu’il revient à Pesaro en 2007, c’est dans la vaste Adriatic Arena qu’il réalise La Gazza Ladra de Rossini (il obtient le prestigieux Prix Abbiati de la critique italienne), puis suivent La Scala di Seta en 2009, avant Sigismondo en août 2010.

« La Scala di Seta » dans la mise en scène de Damiano Michieletto en 2009 à Pesaro
© Amati/Bacciardi

Le répertoire de Michieletto couvre également Mozart, Donizetti ou encore Verdi, dont il a notamment mis en scène deux ouvrages cette saison à Zurich, Il Corsaro, puis Luisa Miller. Le réalisateur est un familier du Barbiere di Siviglia, qu’il a monté à Florence en 2005, et qui a tourné plusieurs années… jusqu’à Shanghai. A partir du 4 septembre au Grand Théâtre, sa mise en scène est annoncée comme une nouvelle production.

François Jestin