Film de septembre 2010 : “Unsoupçonnable“

Tous les ingrédients semblaient réunis pour nous offrir un thriller de valeur, mais...

Article mis en ligne le septembre 2010
dernière modification le 23 septembre 2011

par Firouz Elisabeth PILLET

Unsoupçonnable


de Gabriel Le Bomin, avec Charles Berling, Grégori Dérangère, Marc-André Grondin. Adaptation du roman homonyme de Tanguy Viel.

Genève, de nos jours. Lise et Sam, la petite trentaine, forment un couple qui boucle difficilement les fins de mois, vivant principalement des revenus de la jeune femme, hôtesse et prostituée de luxe dans un club privé. Élevés ensemble comme frère et sœur alors que Lise, orpheline, est accueillie dans la famille de Sam, les jeunes gens sont unis par un amour qui a cessé d’être fraternel depuis longtemps. Leur vie bascule le jour où Henri, veuf et notable local, et surtout richissime commissaire-priseur, tombe amoureux de Lise et la demande précipitamment en mariage. Lise et Sam se mettent d’accord et concoctent un plan censé les sortir de la dèche : Sam devra dorénavant se faire passer pour son frère, et Lise accepte cette union, voyant là l’occasion rêvée de dépouiller Henri de sa fortune. Les deux jeunes gens découvrent donc un monde méconnu, fait de green de golf, de vente aux enchères et de soirées mondaines. Le jeune couple de truands en herbe ne soupçonnent guère les haines et les rancœurs, à commencer par la rivalité ancienne et fratricide entre les deux héritiers de la colossale fortune familiale, Henri et son frère Edouard.

« Insoupçonnable » de Gabriel Le Bomin

Pour le public genevois, le film fera quelques clins d’œil amusants à la Cité de Calvin avec ses habitués – comme Bonnaventure, son fameux orgue de Barbarie sur lequel se prélasse son chat – et ses nombreux clichés – la rade, ses grandes enseignes prestigieuses, ses palaces – et surtout ses frontaliers qui passent quotidiennement la frontière pour travailler dans la capitale de l’opulence. Et c’est bien là que le film agace, avec son chapelet de clichés réducteurs sur Genève qui apparaît comme la capitale du luxe, de la fortune et de la réussite facile (les magouilles des frères commissaires priseurs qui effectuent certaines sous la manche, se rémunérant copieusement au passage).

Pour son deuxième long métrage, après Les Fragments d’Antonin (2005), le réalisateur Gabriel Le Bomin a choisi d’opter pour le thriller en puisant son inspiration dans le roman éponyme Insoupçonnable de Tanguy Viel. Le réalisateur s’entoure d’acteurs de renom, réunissant devant sa caméra un quatuor infernal formé de Laura Smet, Charles Berling, Marc-André Grondin et Gregori Derangère, déjà présent au casting de son premier film.

Bref, le film regroupait tous les ingrédients du suspens pour tenir en haleine, surprendre. Les acteurs sont tous convaincants mais on retiendra de Laura Smet plus son regard revolver et son joli minois que ses qualités d’interprétation. Lorsque le générique de fin défile, on reste perplexe, voire déçu, avec l’étrange impression d’avoir été floué sur les promesses d’un bon roman. Le tournage s’est déroulé du 19 octobre au 1er décembre 2009 en Suisse, dans la région d’Annemasse et de Genève… Alors, pour vous consoler, il ne vous restera qu’à passer les figurants à la loupe, histoire de voir si vous y êtes !

Firouz-Elisabeth Pillet