Dans le cadre des concerts Temps & Musique
Portrait : Shirley Brill

Shirley Brill en Suisse Romande

Article mis en ligne le mars 2011
dernière modification le 26 août 2011

par Beata ZAKES

Au mois de mars, la clarinettiste israélienne ravivera ses « connections suisses ». Portrait d’une artiste dynamique et généreuse, toujours à la recherche de la perfection.

« La clarinette enchantée » ou « Le bourdon » ?
Née en Israël, il y a moins de 30 ans, Shirley Brill a commencé son aventure avec la clarinette à l’âge de 10 ans… Le compte fait rapidement, cela fait presque deux décennies que la jeune femme se consacre à son instrument, en l’explorant sous toutes ses coutures et en tournant les pages du grand répertoire à une telle vitesse qu’il sera bientôt épuisé ! Consciente de son avidité, Shirley Brill se lance dans des transcriptions (saluées par ses confrères, il faut le souligner) et passe commande auprès des compositeurs qui, tel un Diethelm Jonas ou un Zsolt Nagy, lui confient sans hésitation la création de leurs nouveautés. Tout cela témoigne de l’énergie et de la détermination de la jeune interprète.

Shirley Brill

Depuis ses débuts en tant que soliste sous la baguette de Zubin Mehta (à la tête de l’Orchestre Philharmonique de l’Etat d’Israël), elle a parcouru un « bout de chemin » impressionnant ! Tout ce parcours n’est, si l’on en croit ses propres mots, qu’« une constante quête d’un son beau, rond et chaleureux » ; des qualités, que, selon le public et la critique, elle a réussi à maîtriser parfaitement tout au long des années. En évoquant sa carrière, Shirley Brill tire son chapeau à ses deux professeurs : Sabine Meyer, qui lui a transmis une sonorité « sombre et raffinée », et Richard Stolzman, « un maître des couleurs »… La concertiste souligne également son expérience enrichissante avec les deux systèmes de clarinette répandus auprès des musiciens : l’allemand (découvert lors de ses études au Conservatoire de Lübeck), et le français, largement pratiqué aux Etats-Unis. Mais loin de vouloir thésauriser un bagage technique et musical, la clarinettiste est désireuse de transmettre son savoir auprès des jeunes (et de ses confrères), en participant à travers le monde entier à des « master classes », notamment en Australie, en Suisse, au Canada et en Israël...

Duo Brillaner
Le Duo Brillaner a réuni, en 1999, Shirley Brill (clarinette) et Jonathan Aner (piano). Si leur fusion musicale paraît parfaite, c’est qu’ils sont en couple sur la scène et aussi dans la vie… « C’est la passion pour la musique et pour l’interprétation qui nous unit, mais aussi l’amour que nous avons l’un pour l’autre », avouent les deux musiciens. Cette complicité émane également des photos faisant partie de la galerie des deux artistes israéliens. Ils partagent les mêmes origines, mais aussi leur passage par la même école, à Lübeck. Avec la « Petite Pièce », leur CD récent, consacré aux miniatures françaises pour clarinette et piano, ils n’en sont pas à leur première production. Tels des impressionnistes, ils tracent, à petits coups de son, l’image d’une France musicale à la frontière de deux siècles : c’est le monde de la bohème parisienne, attirée par l’univers du ballet (et par son « gourou » Diaghilev), également marquée par quelques penchants « exotisants » (comme dans les morceaux signées par Germaine Tailleferre, la seule femme liée au fameux Groupe de Six). Ce compact a aussi de l’intérêt pour les musicologues : il récrée le tableau des compétences musicales et techniques des clarinettistes de l’époque, car de nombreuses pièces ont été composées sur commande des interprètes.

Shirley Brill et son mari, le pianiste Jonathan Aner

Dans les enregistrements, tout comme sur la scène, face à son public, Shirley Brill se montre surtout communicative : elle maîtrise l’art de subjuguer son auditoire, don que Mozart avait attribué à la flûte. A l’entendre, notre artiste pourrait bien le lui faire regretter (d’autant plus qu’il ne cachait pas ses préférences pour la clarinette...) Les comptes-rendus des prestations de cette musicienne-enchanteresse font en effet l’éloge de son « son de velours, flexible, plein d’élégance et de couleurs ». Il y a aussi « le jeu extrêmement fluide », une grande aisance avec laquelle la musicienne aborde les difficultés techniques qui mettent souvent ses confrères au défi. A ses côtés, le pianiste Jonathan Aner est beaucoup plus qu’un simple accompagnant : ensemble, ils créent une ambiance en laquelle le mélomane se sent « enveloppé » confortablement, dès les premiers instants. Reste à préciser que l’enregistrement de ce disque s’est fait « chez nous », à la Salle de musique de la Chaux-de-Fonds, dont les qualités acoustiques font des envieux en Europe… Inutile de chercher plus d’arguments…

Tournée suisse
Après le Japon, Israël et la République Tchèque - et avant une série de concerts en Allemagne - Shirley Brill fera une brève tournée en Suisse Romande, accompagnée d’un quatuor zurichois, le Galatea Quartet. Commentant elle-même son emploi de temps bien rythmé, elle s’en s’amuse : « J’ai la chance d’avoir un agent qui tient mon agenda bien rempli… » Espérons que ce « mouvement perpétuel » lui réservera aussi quelques moments de répit…

Beata Zakes

Concerts « Temps & Musique ». Lauréats du Concours de Genève. Quatuor Galatea, Shirley Brill, clarinette, Ryszard Groblewski, alto, István Várdai, violoncelle (Wolf, Mozart, Tchaïkovski). Loc. SCM 022/319.61.11
- 6 mars : Salle de la Colombière à Nyon, à 11h15
- 7 mars : Conservatoire de Genève à 20h30
- 9 mars : Aula de l’Université de Fribourg à 20h

A écouter :
« Petite pièce. French Miniatures for Clarinet et Piano ». Duo Brillaner. PANCLASSICS 2009.