Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid
Madrid : Jean-Léon Gérôme (1824-1904)

Après le musée d’Orsay à Paris, la monographie consacrée au peintre Jean-Léon Gérôme fait escale à Madrid, au Musée Thyssen-Bornemisza.

Article mis en ligne le 16 mars 2011
dernière modification le 19 mai 2011

Cette exposition est le résultat de l’ambitieux projet organisé conjointement par le Musée J. Paul Getty et le Musée d’Orsay. La présentation à Madrid est une version réduite de celle qui a été vue à Los Angeles, puis à Paris en 2010 ; mais c’est la première grande exposition consacrée à cet artiste depuis la fameuse qui s’est tenue il y a 30 ans aux Etats-Unis.
Cette exposition a pour objectif de présenter et d’analyser l’art de Gérôme, non pas juste comme le travail de l’un des plus célèbres peintres académiques français, mais aussi comme l’un des plus grands créateurs d’images du XIXe siècle.

Gérôme, l’un des peintres les plus célèbres de son temps, fut, tout au long de sa carrière, l’objet de polémiques et de critiques souvent acerbes. Longtemps stigmatisé comme le tenant emblématique d’un académisme stérile, il est aujourd’hui considéré comme l’un des grands peintres du XIXe siècle. Son goût pour l’Antiquité, sa théâtralisation de la peinture d’histoire, son rapport complexe à l’Orient et à la photographie en font un exceptionnel inventeur d’images. Collectionné très tôt en Amérique, l’œuvre de Gérôme s’infiltrera même dans l’imaginaire historique du Nouveau Monde et de son média de prédilection, le cinéma.

L’exposition organisée par les Musées Getty et d’Orsay est la première exposition monographique consacrée à ce peintre et sculpteur à Paris, depuis son décès en 1904. Elle aborde tous les enjeux de l’œuvre, de ses sources à son influence. Elle souhaite donner à voir et analyser la foisonnante mise en œuvre d’une grammaire visuelle, qui pousse parfois l’obsession illusionniste jusqu’à l’étrange, et entre en résonance avec tous les arts visuels.

Cette exposition souhaite notamment proposer une approche renouvelée sur la question de la place de Gérôme dans la peinture française de son temps, et examiner comment la figure de l’artiste a cristallisé tout le combat anti-académique de la fin du XIXe s., avant de se pencher sur le singulier destin américain de son œuvre.

La version présentée au Musée Thyssen-Bornemisza comprend environ 60 œuvres qui illustrent toutes les facettes de la carrière de Gérôme, y compris quelques-unes de ses créations les plus célèbres, qu’il s’agisse de peintures à l’huile ou de sculptures.

A voir jusqu’au 22 mai 2011