Palazzo della Ragione, Vérone
Vérone : Réouverture

Chefs-d’œuvre en exposition

Article mis en ligne le 4 mai 2014
dernière modification le 25 avril 2014

par Viviane Vuilleumier

La galerie d’art moderne Achille Forti, sise dans le Palazzo della Ragione, a fait peu neuve et a été officiellement réouverte début avril. Le nouveau directeur artistique du complexe, Luca Massimo Barbero, a conçu une exposition innovante, plaçant peintures et sculptures dans quatre grandes pièces au premier étage du Palais.

L’itinéraire de l’exposition, qui présente une première sélection d’environ 150 œuvres, est organisé sur une base chronologique allant de 1840 à 1940, un choix qui reste cohérent avec l’idée originale qui a présidé à la donation Forti.

Surtout, les travaux présentés offrent une vue extraordinaire - et pas seulement visuelle - de Vérone, de son héritage culturel et environnemental, et des collections des institutions de la ville. Cette présentation, conçue comme une réflexion sur la période chronologique choisie, permet pour la première fois de voir ces trois importantes collections - celles du Palazzo, des Collections et de la Tour Lamberti - ensemble, ce qui mettra en lumière d’une façon inhabituelle les relations et les correspondances entre les œuvres en exposition et la cité qui les abrite.

Innocenzo Fraccaroli (1805-1882), « Achille ferito » [Achille blessé], 1842.
Marbre de Carrare, 192 x 153 x 87. Galleria d’Arte Moderna, Villa Reale, Milan.

Le commissaire affirme avoir souhaité créer un itinéraire de façon à ce que les œuvres puissent faire le lien entre les salles du Palazzo della Ragione et l’histoire des collections, avec l’idée d’établir un musée permanent de la ville et pour la ville de Vérone. La nouveauté à signaler est le fait que, maintenant, le Palazzo, de même que la Tour des Lamberti, la cour du Mercato Vecchio et l’escalier della Ragione, tous nouvellement utilisables, font partie d’une seule et même aire que le visiteur peut traverser en interagissant avec l’architecture, l’histoire, et tous les aspects de la culture que le temps a construit autour de ces bâtiments.

Le parcours débute dans le hall de réception - la « Sala della Torre » - où le visiteur se trouve en face de deux importantes sculptures, Achille ferito (1833-1835) d’Innocenzo Fraccaroli, et l’Orgia (1851-54) de Torquato della Torre. C’est toutefois dans la « Salla delle Colonne » que se trouve le cœur de l’exposition ; en fait, le bronze Dante d’Ugo Zannoni (1850-1899) fait immédiatement référence à la place qui se trouve devant l’immeuble, la « Piazza dei Signori », au centre de laquelle s’élève la version en marbre de la sculpture. Ce système de référence continue avec les travaux de Vittorio Avanzi, Scala del Cortile del Mercato Vecchio (1875-1899), de Giuseppe Ferrari, Veduta del Cortile del Mercato Vecchio a Verona (1865), et de Ferrarin, Piazza Erbe (1839). L’attraction majeure de cette salle est en fait Meditazione (1851) de Francesco Hayez, une magnifique peinture qui, comme beaucoup des œuvres présentées ici, est associée à l’unification de l’Italie, avec une Italie incomplète tant que Vérone était sous domination autrichienne.

« Meditazione » de Francesco Hayez (1851)
Huile sur toile. Galleria d’Arte Moderna Achille Forti, Verona, Italy

Le thème central de la seconde pièce - « Sala quadrata » - est celui de la pleine maturité du XIXe siècle, qui révèle une nouvelle sorte de vérisme ainsi qu’une relation inhabituelle à la lumière. L’idée du vérisme est représenté de manière emblématique par Foglie cadenti (1898) d’Angelo Dall’Oca Bianca, un artiste très apprécié des Véronais.

Dans la troisième salle - « Sala Picta o della Giustizia » - centrée symboliquement sur le nouveau réalisme et l’art nouveau, les protagonistes d’une nouvelle avant-garde sont placés face à face. La sélection des œuvres présentées ici évoque les tensions existants dans l’art italien avant la Première Guerre mondiale. Sont examinés dans cette salle les portraits et paysages de style vériste peints par Ettore Beraldini (I vecchi, 1912), Alfredo Savini (Pescatori a Garda, 1900-1904), et Arturo Tosi (Paesaggio, 1896), qui montrent tous le passage de la peinture à l’abstraction figurative et une dissolution supplémentaire de la lumière.

Ceci n’est qu’un bref aperçu des chefs-d’œuvre exposés ; toutefois, ce qui est important à retenir, c’est le fait que cette exposition non seulement révèle des œuvres remarquables - peintures et sculptures - mais qu’elle met également en lumière les événements relatifs à l’histoire de l’art - sans oublier les arts visuels - et de la cité. Les œuvres sont mises en relation avec la ville de Vérone, avec l’histoire de cette cité, des informations utiles pour explorer la ville et pour ouvrir de nouveaux horizons par l’expérience de l’art.

Ouverture : 12 avril 2014