Musée de l’Elysée, Lausanne
Lausanne : Chaplin / Gitaï / Peress

Focus sur trois artistes

Article mis en ligne le 25 septembre 2014
dernière modification le 5 janvier 2015

Le Musée de l’Élysée propose trois expositions pour sa session d’automne, consacrées l’une à Charlie Chaplin, l’autre à Amos Gitaï, et la dernière à Gilles Peress.

Chaplin, entre guerres et paix (1914-1940)
Du 17 septembre 2014 au 4 janvier 2015

Charlie Chaplin doit-il continuer à faire du cinéma ou rejoindre les tranchées ? La polémique sur le non-engagement de l’acteur britannique aux côtés des siens éclate dès 1915. Alors au début de sa gloire, Chaplin est déjà confronté aux critiques. Vingt-cinq ans plus tard, ce sera à son tour de questionner les convictions morales et politiques à l’aube de la Seconde Guerre mondiale.
Entretemps, sa conscience politique se sera aiguisée, de même que ses préoccupations pour l’économie. De plus, devenu un pacifiste convaincu, il s’inquiète de la montée du fascisme au début des années 30. Avec Le Dictateur, film dans lequel il brosse une caricature de la dictature où se mêlent ironie et tragédie, il met en œuvre un cinéma engagé.
L’exposition présentée par le Musée de l’Élysée rassemble des tirages originaux et des documents d’époque appartenant aux Archives Chaplin, dont les photographies sont déposées depuis 2011 au musée. Des extraits de films (provenant de Lobster, MK2, Gaumont Pathé Archives, Transit Film/Berlin Filmothek Bundesarchiv), des photographies des deux guerres mondiales issues de la collection du musée et des affiches de la Cinémathèque suisse, ainsi que de collections privées, étayent les prises de position de Chaplin face à l’Histoire.

Amos Gitai - Architecte de la mémoire
Du 17 septembre 2014 au 4 janvier 2015

Dédiée à l’œuvre du cinéaste israélien Amos Gitai, l’exposition est une coproduction avec la Cinémathèque suisse, La Cinémathèque française et GALERIES, Bruxelles. Réalisé d’après ses archives, ce projet multimédia explore quarante ans de création, réunissant documents rares, extraits de films et photographies. L’exposition dévoile des thèmes qui lui sont chers, les frontières, l’architecture, les friches, la langue ou l’histoire, ainsi organisés : « Kippour, naissance d’un cinéaste », « Réalités et frontières », « Mythologies » et « L’exil et le monde ».
Le cinéaste fait l’objet d’une rétrospective à la Cinémathèque suisse, une rétrospective intégrale de ses films encadrée par deux avant-premières, celle de Ana Arabia, sa dernière fiction en date, une émouvante et époustouflante performance présentée à Venise l’an dernier, et celle de Lullaby to My Father, son dernier documentaire à ce jour, consacré à son père architecte, Munio Weinraub. Ce film est le prélude à la deuxième partie de la rétrospective (novembre-décembre) qui mettra l’accent sur
les documentaires et la profonde relation du cinéaste avec l’architecture. Programme détaillé sur www.cinematheque.ch.

Gilles Peress, Telex Iran
Du 17 septembre au 30 novembre 2014

Gilles Peress a documenté avec intransigeance les pages les plus sombres de l’histoire contemporaine, de la guerre civile en Irlande du Nord aux charniers de la Bosnie et du Rwanda.
En 1979, il part en Iran photographier la révolution qui bat son plein, au moment de la prise d’otages à l’ambassade des États-Unis à Téhéran. Il saisit le chaos et les contrastes des différentes mouvances politiques et religieuses en présence, l’effervescence des villes, mais aussi des scènes du quotidien, anodines, ironiques ou brutales.
De ce travail photographique au langage réflexif et extrêmement maîtrisé, il résultera un livre, Telex Iran (publié chez Aperture en 1984) aujourd’hui considéré comme un ouvrage majeur dans l’histoire de la photographie. Se jouant des catégories et des genres, Gilles Peress y juxtapose images et textes de manière à créer une dialectique tendue et ouverte à la fois, où la réalité politique et civile se révèle dans toute sa complexité. Réédité en 1997 chez Scalo, l’ouvrage n’a rien perdu de son caractère sismographique et incisif et garde toute son actualité au regard des derniers épisodes de l’histoire mouvementée de l’Iran.