Kunstmuseum de Bâle
Bâle : Caspar Wolf (1735-1783)

La conquête esthétique de la nature

Article mis en ligne le 17 octobre 2014
dernière modification le 1er février 2015

Avec son traitement radical du paysage alpin, bien au delà de l’idylle baroque, le peintre suisse Caspar Wolf (1735–1783) fut l’un des plus importants précurseurs du romantisme européen. Resté longtemps presque oublié, son œuvre a été redécouvert voici tout juste 70 ans. La nouvelle exposition du Musée d’art de Bâle lui rend hommage.

Pour honorer une commande de l’éditeur bernois Abraham Wagner, Wolf a accompagné ce dernier dès 1773 dans de longues excursions en haute montagne, où ils ont été confrontés à une nature presque, voire complètement, intacte. Tandis que les compagnons de Wolf menaient des études géographiques et géologiques et réalisaient des descriptions, l’artiste s’occupait de la documentation visuelle de l’expédition. Le résultat en est un cycle de vues alpestre qui allie l’observation spontanée avec une mise en forme artistique très savante.

Wolf peint avec brio chaînes de montagnes et glaciers, cascades et grottes, ponts et torrents, lacs et hauts plateaux, qu’il dispose tantôt en larges panoramas, tantôt en compositions fermées à s’en rendre claustrophobe. Plusieurs monuments de la nature y figurent, parmi lesquels, en raison de la destruction progressive du paysage, plusieurs ne sont pas parvenus jusqu’à nous : les fameux séracs du glacier inférieur de Grindelwald, par exemple, ont fondu depuis longtemps et on ne peut plus les admirer que dans les tableaux de Wolf.

Wolf grandit dans des conditions humbles à Muri (Canton d’Argovie) ; son apprentissage qu’il effectue au sud de l’Allemagne semble avoir été des plus conventionnels. D’où provient donc cette étonnante assurance esthétique avec laquelle l’artiste pénètre dans ce territoire vierge que constitue le projet alpin ? La confrontation intensive de l’artiste avec l’art français pendant son séjour à Paris en 1770/1771 semble avoir été déterminante comme le montrent, dans l’exposition, des tableaux de François Boucher, Claude-Joseph Vernet et Philippe-Jacques de Loutherbourg, dit le jeune. Aussi curieux que cela puisse paraître dans ce contexte, la peinture contemporaine de marines, avec ses orages et ses naufrages, est ce qui a particulièrement inspiré Wolf.

L’exposition rassemble 126 œuvres de Caspar Wolf et ses contemporains, ainsi qu’une sélection de photographies actuelles des lieux peints par Wolf dans les Alpes. En parallèle de l’exposition, le cabinet des estampes présente les plus belles pièces de son riche fonds en dessins et gravures de Caspar Wolf.

Du 19 octobre 2014 au 1er février 2015