Grand Palais, Paris
Paris : Hokusai

Rétrospective

Article mis en ligne le 3 décembre 2014
dernière modification le 19 janvier 2015

La rétrospective organisée par le Grand Palais, en partenariat avec la Fondation du Japon, rassemble plus de 500 pièces exceptionnelles de l’artiste peintre, dessinateur, graveur le plus emblématique du Japon du XIXe siècle.

Katsushika Hokusai (1760-1849) est aujourd’hui l’artiste japonais le plus célèbre à travers le monde. Son œuvre peint, dessiné et gravé, incarne la spiritualité et l’âme de son pays, particulièrement ses estampes de paysages, synthèse remarquable entre les principes traditionnels de l’art japonais et les influences occidentales.

Considérés comme des trésors nationaux par les musées et collectionneurs japonais, les œuvres d’Hokusai font l’objet d’une attention particulière.

Il s’agit d’une exposition en deux volets de sept semaines, chacun retraçant le parcours stylistique de l’artiste. Le deuxième volet débutera le 1er décembre et se poursuivra jusqu’au 18 janvier. Le parcours suit la chronologie de la longue vie de Hokusai, ponctuée de multiples changements de noms.

À l’instar de ses divers pseudonymes – Shunro ((1778-1794), Sori (1794-1805), Taito (1810-1819), Iitsu (1820-1834), Gakyo Rojin Manji (1834-1849)–, Hokusai est un artiste prolifique qui revisita au cours de sa longue carrière (70 ans) de nombreux supports et sujets : estampes du monde flottant (ukiyo-e), calendriers illustrés (egoyomi), poèmes-bouffes (kyoka), gravures uniques (surimono), livres de lecture (yomihon), dessins variés (manga) ou manuels de peinture (etehon).

A noter qu’Hokusai utilisa pour la première fois la signature Gakyō Rōjin Manji – « Manji, le Vieil Homme fou de peinture » – en 1834. Dans la postface des Cent vues du mont Fuji, déclarant vouloir vivre plus de cent dix années afin de parvenir à son plein accomplissement artistique, il démontre que son implication dans son travail reste totale. S’éloignant progressivement du monde de l’estampe, il se consacre plus largement à la peinture, illustrant surtout le monde animal et végétal ou des sujets religieux. Il meurt en 1849, à l’âge de 89 ans, au terme d’une vie entière dédiée à son art.

Avec cette exposition, le Grand Palais perpétue un dialogue commencé au XIXe siècle entre l’Occident et les artistes japonais, riche d’influences réciproques : de l’utilisation du bleu de Prusse et de la perspective fuyante chez Hokusai aux œuvres japonisantes de Bonnard, Van Gogh ou Gallé.

Il importe de signaler que, parmi les 500 œuvres exceptionnelles présentées, une grande partie ne quittera plus le Japon à compter de l’ouverture du musée Hokusai, à Tokyo en 2016.

Jusqu’au 18 Janvier 2015

L’exposition est fermée du 21 au 30 novembre 2014 pour cause de rotation technique des œuvres les plus fragiles.

Le Grand Palais est fermé le 25 décembre.

Événements autour de l’exposition :
- 17 décembre : Les rencontres du mercredi - Hokusai et l’origine des mangas. Conférence par Brigitte Koyama-Richard, professeur à l’université Musashi, Tokyo.

- Le film de l’exposition - La Visite à Hokusai / à 16h les mercredis : 26 novembre, 17 décembre, 7 et 14 janvier / à 12h les jeudis : 27 novembre, 4, 11 et 18 décembre, 8 et 15 janvier