Nyon : Visions du Réel

Festival

Article mis en ligne le 5 avril 2016
dernière modification le 22 mars 2016

Visions du Réel, le festival international de film de Nyon, se focalisera cette année sur le Chili. Quant aux productions helvétiques, elles sont en nombre record dans les différentes compétitions. De pllus, soulignons que sur les 180 films sélectionnés, 90 sont projetés en première mondiale.

Le Chili est donc au cœur du Focus 2016, qui a pour but de mettre en lumière un pays producteur de cinéma encore peu connu mais en plein essor. Constitué de trois axes, ce Focus proposera une sélection de 15 documentaires contemporains, ainsi qu’une série de conférences et discussions autour des invités chiliens (réalisateurs, producteurs, représentants d’institutions) au sujet de la production cinématographique chilienne de ces dix dernières années et de ses conditions de production actuelles. Le troisième axe présentera cinq projets chiliens en cours de développement qui seront présentés par leurs réalisateurs et producteurs : Los Reyes de Bettina Perut & Iván Osnovikoff, Petit Frère de Roberto Collío & Rodrigo Robledo, Poiesis de Carlos Klein, The Court Case de Macarena Aguiló et The Last Journey of a Nomad de Mijael Bustos.

« Eisensten in Guanajuato » de Peter Greenaway avec Elmer Bäck, Luis Alberti
© Salzgeber

Quant au Maître du Réel de cette édition, il s’agit du réalisateur britannique Peter Greenaway, qui aura droit à une rétrospective sélective à la Cinémathèque suisse, dès le 11 avril. L’occasion de visionner son dernier film, Eisenstein in Guanajuato (2015), projeté le lundi 18 avril à Visions du Réel, retraçant la vie du cinéaste et théoricien Sergueï Eisenstein. Ses films sont marqués clairement par l’univers de la Renaissance et de la peinture baroque notamment visibles à travers la composition et l’éclairage scénique, le contraste entre les costumes et la nudité, ainsi qu’entre la nature et l’architecture, le mobilier et les personnages, le plaisir sexuel et la mort douloureuse. Meurtre, manigances, sexe, ironie et cruauté jalonnent sa filmographie.

Le réalisateur québécois Dominic Gagnon et le Lituanien Audrius Stonys seront également à l’honneur avec la projection de, respectivement, 16 et 18 films parmi leur filmographie. Dominic Gagnon, dont la marque de fabrique est un intérêt manifeste pour les images non-orthodoxes, notamment celles issues des plateformes virtuelles, avait remporté l’année dernière le Prix du Jury Régionyon pour le long métrage of the north, compilation de clips glanés sur YouTube et ailleurs sur le net, documentant la vie de peuplades vivant dans le cercle arctique.

Une scène du film « of the North » de Dominic Gagnon

Quant au cinéma d’Audrius Stonys, il est directement influencé par son vécu sous le mensonge et la propagande de l’ère soviétique. Il avait remporté le Prix du Public à Visions du Réel 2001 avec son court-métrage alone.

Du 15 au 23 avril 2016