Kunsthaus Zurich
Zurich : « Semer à tout vent »

Les années folles

Article mis en ligne le 6 août 2020

Le Kunsthaus met le projecteur sur les années 1920, une décennie d’effervescence sociale, politique et artistique. À aucun autre moment le 20e siècle n’exprime un tel désir de nouveauté.

Félix Vallotton, « La poudreuse », 1921
Huile sur toile, 82 x 100 cm Collection particulière

De Joséphine Baker à Thomas Ruff
Des conceptions de l’urbanisme sans précédents apparaissent et les villes croissent à toute vitesse. La répartition classique des rôles dans la société et dans la famille est remise en question et vole en éclats, les minorités défavorisées et opprimées font entendre leur voix. Le quotidien des travailleurs s’améliore et, en même temps, une industrie des loisirs se développe. Ce haut degré d’innovation se reflète directement dans la soif d’expérimentation de tous les arts. Il est frappant de constater que leurs productions n’ont rien perdu de leur actualité et fraîcheur.

Ici, contrairement à d’autres expositions sur les années 1920, des styles comme le Bauhaus, Dada, la Nouvelle Objectivité ainsi que les icônes du modernisme en architecture et en design ne sont pas abordés séparément mais engagent un dialogue et montrent l’hétérogénéité stylistique de ces années de rupture.

Axée sur Berlin, Paris, Vienne et Zurich, l’exposition envisage tous les médias courants à l’époque comme la peinture, la sculpture, le dessin, la photographie, le film et le collage. Elle offre une plateforme à des propositions artistiques moins connues, en particulier féminines. Les artistes contemporains tels que Kader Attia, Marc Bauer, Andrea Büttner, Laura J Gerlach, Raphael Hefti, ou Rita Vitorelli, qui s’intéressent explicitement à l’esthétique et aux thématiques des années 1920, font le lien avec l’époque présente.

Jusqu’au 11 octobre 2020