Palazzo Roverella, Rovigo
Rovigo : Marc Chagall “ma Russie m’aimera aussi”

Monographie

Article mis en ligne le 21 septembre 2020
dernière modification le 5 septembre 2020

Le Palais Roverella propose une nouvelle et importante exposition monographique sur Marc Chagall, avec une sélection exemplaire de plus d’une centaine d’œuvres.

Marc Chagall, « Pluie », 1911, étude Moscou, Galerie Tretiakov
© Chagall by SIAE 2020

Parmi ces œuvres figurent environ 70 peintures sur toile et papier en plus des deux extraordinaires séries de gravures et gravures publiées dans les premières années loin de la Russie, « Ma Vie », 20 plaques qui illuminent son autobiographie ancienne et douloureuse, et « Les âmes mortes » de Gogol, le regard le plus profond sur l’âme russe de la grande littérature.

Les œuvres qui seront exposées proviennent d’un vaste prêt des héritiers de l’artiste, ainsi que de la Galerie Tretiakov à Moscou, du Musée d’État russe de Saint-Pétersbourg, du Pompidou à Paris, du Thyssen Bornemisza à Madrid et du Kunstmuseum de Zurich et de collections privées importantes et historiques, avec quelques-uns des plus grands chefs-d’œuvre de la « Marche » au « Juif » , à « The Wedding », « The Rooster », « Black Glove » et autres.

Marc Chagall, « La marche », 1917-18
Saint-Pétersbourg, Musée d’Etat russe © Chagall by SIAE 2020

Le thème choisi par le musée est celui de l’influence que la culture populaire russe a eue sur l’ensemble du travail de Chagall, quand l’artiste vivait en Russie dans les vingt premières années du XXe siècle. Sans oublier d’analyser de manière parfaitement documentée l’autre terreau inspirant l’artiste, c’est-à-dire la tradition populaire de la Russie profonde. Une iconographie faite de religiosité, avec la présence de coqs, chèvres et vaches peuplant la vie quotidienne des villages russes ; ces éléments se trouvent également dans les œuvres ultérieures de Chagall, en s’y métamorphosent dans une sorte de réalisme poétique. La refonte, mise en œuvre à travers les fils de sa mémoire, de la culture populaire russe avec sa richesse d’images et de légendes, combinée avec le mysticisme fantastique de la tradition hassidique, constituera l’armement spécifique auquel l’artiste aura toujours recours.

Cette exposition vise également à remettre en question la position singulière de Chagall dans l’histoire de l’art du XXe siècle. Dans son œuvre extraordinaire et originale, le besoin utopique de l’avant-garde ne manque jamais, sans jamais interférer avec le monde des émotions et de l’affectivité, qui deviennent, dans son travail, un élément d’enrichissement et de définition formelle originale.

Du 19 septembre 2020 au 17 janvier 2021