maison des arts du léman, thonon-évian
Thonon-Evian : Une affiche très fournie

Saison

Article mis en ligne le 24 septembre 2020

par Viviane Vuilleumier

La programmation de la MAL étant très abondante, nous nous contenterons de divulguer quelques informations au sujet du théâtre et de la musique classique.

Liya Petrova

Après quelques spectacles qui se joueront hors les murs, et une Duchesse d’Amalfi de John Webster délocalisée à Château Rouge, les choses sérieuses commencent au Théâtre M. Novarina avec Un Fil à la patte de Feydeau par le Collectif 7 (6 octobre). La Cie Bloc opératoire sera sur scène avec Mon Traître d’après Sorj Chalandon, dans la mise en scène d’Emmanuel Meirieu (5 nov). Les Parents terribles seront présentés le 10 novembre (m.e.s. Christophe Perton) ; amour maternel, amour adultère, amour secret… Un vaudeville signé Cocteau, porté par deux grands acteurs, Muriel Mayette-Holtz et Charles Berling. C’est La Mandarine Blanche qui présente sa version de L’école des maris de Molière (17 nov). Quant à La machine de Turing , un spectacle de Benoît Solès qui connaît un énorme succès depuis sa création, on pourra le voir les 26 et 27 novembre.
La Cie Emilie Valantin s’inspire de Shakespeare pour proposer Hamlet manipulé(e) au Théâtre du Casino d’Évian (18 déc).

« Plaidoiries »
© Céline Nieszawer

En 2021, la programmation reprendra avec Plaidoiries , ce monologue porté avec brio par Richard Berry (15 janvier). Suivront Les Anges au Plafond et leur spectacle Le nécessaire déséquilibre des choses , un opus qui explore, avec inventivité, notre rapport au désir, au manque, à l’amour (28 et 29 janvier). Puis La Cie Ariadne présentera S’Engager de Magali Mougel (2 fév). Reprise par Thierry Romanens & Format A’3 de Courir de Jean Echenoz (4 fév.) avant un nouveau monologue, celui de Thierry Lhermitte dans Fleurs de Soleil de Simon Wiesenthal, sans nul doute un grand moment d’émotion.

Un brin de “classique“ avec Ubu roi de Jarry par la Cie Du jour au lendemain (9 mars). Toujours en mars, La Révolte gronde le 16 mars, portée par la Cie Demain dès l’aube ; sous la plume de de Villiers de L’Isle-Adam, le thème de la scène de ménage devient le cri de tout un univers fait de poésie, de rêve et d’inconnu. Quant à Bingöl , il s’agit d’une envolée poétique, esthétique, sociale et sensible de la comédienne Alizée Bingöllü (30 mars).

« Bingöl »
© Joran Juvin

En avril, François Rancillac met en scène Hermann de Gilles Granouillet, un road-movie révélant la profondeur des êtres et la force de l’amour (le 7) ; et la Cie Artépo présente Fleur de papier de Stanislas Roquette au Théâtre du Casino d’Évian, un spectacle intime, touchant, où il sera question de nous faire partager le bonheur d’une rencontre décisive… (les 11 et 12).
La dernière pièce de théâtre de la saison permettra de (re)voir Arlequin poli par l’amour dans la version de La Piccola Familia, un spectacle flamboyant par lequel le metteur en scène Thomas Jolly électrise les jeux de l’amour et fait de l’œuvre de Marivaux un cabaret espiègle et fantastique (20 mai).

Musique
Coup d’œil sur les concerts donnés à Évian, Grange au Lac :
La Fenice fête ses 30 ans cette saison. L’occasion est belle pour Jean Tubéry de célébrer avec flamboyance l’un des compositeurs ayant fait la réputation de l’ensemble, Henry Purcell (14 novembre).
Le 12 décembre, L’orchestre symphonique Ose ! célèbre la musique de Gustav Mahler, si bouleversante et universelle, dans le cadre du Léman Lyriques Festival. A la direction, Daniel Kawka.
Magnifique concert à venir, avec Jordi Savall et Le Concert des Nations (Manfredo Kraemer, violon ; Charles Zebley, flûte traversière ; Philippe Pierlot, basse de viole à sept cordes ; Xavier Díaz-Latorre, théorbe, guitare ; Luca Guglielmi, clavecin) qui réinterprètent la bande originale du film Tous les Matins du Monde, notamment les partitions lumineuses de Marin Marais et de Jean-Baptiste Lully. Merveilles de la musique baroque (30 janvier).

Liya Petrova

Le 13 mars, la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton et ses musiciens proposent une escapade dans l’Espagne de la fin du 17e siècle aux côtés de Luigi Boccherini, une fête sensuelle et lumineuse.
L’Orchestre de chambre de Fribourg, dirigé par Laurent Gendre et accompagné par la violoniste bulgare Liya Petrova, interprétera des œuvres de Fauré, Mendelssohn et Mozart (9 avril).
Un Concert du Jubilé aura lieu le 5 juin, ce sera l’ultime concert de Nicolas Chalvin, en tant que directeur musical de l’Orchestre des Pays de Savoie. Les solistes seront Anne Gastinel, violoncelle, Marie-Josèphe Jude, piano et Christian Rivet, guitare, et le programme convoque Camille Saint-Saens, Carl Maria Von Weber, Felix Mendelssohn et Toshio Hosokawa.

Avec Le Pari des bretelles , le Théâtre Novarina accueille à Thonon un concert inhabituel, réunissant l’accordéon, cet enfant des faubourgs, aux mains de Félicien Brut, et le Quatuor Hermès, pour un florilège d’œuvres de Thibault Perrine, Richard Galliano, Sergueï Prokofiev, Astor Piazzolla, Gus Viseur, George Gershwin,…

Viviane Vuilleumier

Informations détaillées sur https://mal-thonon.org/