Am Stram Gram le théâtre, Genève
Genève : copieuse programmation

Am Stram Gram en décembre 2007 et janvier 2008

Article mis en ligne le décembre 2007
dernière modification le 7 décembre 2011

par Firouz Elisabeth PILLET

Le Théâtre Am Stram Gram a pris le pli, depuis quelques saisons, de proposer une programmation copieuse durant l’approche et la période des fêtes. Cette saison 2007-2008 poursuit sur cette lancée, affichant quatre spectacles qui jalonnent les mois de décembre 2007 et janvier 2008.

Tout d’abord, du 7 au 12 décembre, un spectacle dès 8 ans, Des joues fraîches comme les coquelicots, d’Eve Ledig, sera l’occasion de découvrir le Fil rouge théâtre, de Strasbourg. A partir d’une histoire aussi familière que celle du Chaperon rouge, Eve Ledig, metteur en scène virtuose, propose une version bouleversante, emplie d’émotions. Pas de bavardage dans ce « théâtre chanté », l’essentiel est exprimé par les variations vocales, les chants populaires ou savants et le geste. Le chœur, personnage en soi, emplit la scène de ses voix.

Autre compagnie venue d’Alsace, Le Théâtre du Chat borgne propose, du 18 au 30 décembre, pour le jeune public dès 4 ans, L’apprentie, le cuistot, les odeurs et le piano. Au centre de la scène, une cuisine tel un ring où se tissent des relations entre l’apprentie et le cuistot. « Les champignons qui mijotent se mettent à chanter, le robinet de l’évier se met à siffler, le frigo s’ébroue et grogne, le bœuf grand-mère rissole et rigole, le sifflet de la cocotte minute se met à valser » : la cuisine tout entière accompagne les gestes de l’apprentie et du cuistot qui se retrouvent chefs d’orchestre bien malgré eux. La relation qui se tisse entre eux est le fil rouge de l’histoire. La cuisine de restaurant est un lieu de théâtre fascinant. Lieu du plaisir, des odeurs, des saveurs, et en même temps, lieu du devoir et du pouvoir. C’est cette double dimension que Jean-Yves Ruf décrit. A en donner l’eau à la bouche.

Après l’Alsace, Lyon sera hôte d’Am Stram Gram, avec le Théâtre Nouvelle Génération et Yaël Tautavel et l’enfance de l’art, sur le laps de temps restreint du 10 au 13 janvier (dès 8 ans, ce spectacle intéressera aussi les adolescents et les adultes). Parce que leur île a été désertée par les animaux, Gaétan raconte à son jeune frère Yaël à quoi ressemblait la vie avant ce vaste exode. Mais comment imaginer ce que l’on n’a jamais vu de ses propres yeux ? Dans la vie, tout se peint, tout peut s’imaginer. D’une fraîcheur et d’une poésie rares, ce spectacle nominé aux Molières 2007 imprime durablement ses émotions dans le cœur des spectateurs grâce à ce conte poétique plein de drôlerie te de tendresse. Pour servir cette langue unique, Nino d’Introna a imaginé une mise en scène épurée dans un décor aux allures de toile vivante, excellente initiation à l’art pictural.

On retrouve à nouveau un texte de Suzanne Lebeau, Les Souliers de sable, interprété par la Compagnie Le Carrousel, du Québec, du 22 au 27 janvier, et destiné aux enfants de 4 à 7 ans. Élise et Léo vivent en vase clos, prisonniers de la peur de l’inconnu et d’un temps rigide calculé au grain de sable. Un matin, à cause d’un rêve exquis, du désir de faire quelque chose de bien, de l’excitation de souliers trop longtemps tenus en laisse, la porte s’ouvre, ils s’aventurent à l’extérieur. Mais il faut savoir rentrer avant le passage du marchand de sable. Dédié à tous les petits explorateurs aventureux qui vivent chaque découverte comme une victoire, ce spectacle est destiné à un public plus jeune.

Firouz-Elisabeth Pillet

www.amstramgram.ch, (022) 735 79 24