Théâtre de Carouge
Carouge, Théâtre : Festivités

A l’occasion du jubilé du Théâtre de Carouge, toute l’équipe de François Rochaix a concocté quelques surprises délectables.

Article mis en ligne le février 2008
dernière modification le 5 février 2008

par Sylvia MEDINA-LAUPER

A l’occasion du jubilé du Théâtre de Carouge, toute l’équipe de François Rochaix a concocté quelques surprises délectables. Il s’agit tout d’abord d’une pièce de Mikhaïl Boulgakov encore méconnue en francophonie, Molière ou la cabale des dévots, jusqu’au 10 février.
La deuxième est une fantaisie sur des textes de William Shakespeare intitulée Le mystère Shakespeare et mise en scène par Guillaume Chenevière, du 5 février au 2 mars.

Pour couronner ce cinquantième anniversaire, deux expositions ; l’une sur la scénographie de Jean-Claude Maret, et l’autre retraçant l’activité culturelle du théâtre avec un livre à paraître mettant en perspective, nombreuses photos à l’appui, l’histoire des figures qui sont rattachées à ce haut lieu de la culture genevoise. Enfin, il y aura les 7 et 8 mars, un colloque sur « l’âge d’or du théâtre à Genève 1958-1982 » à Genève.

Molière ou la cabale des dévots
Boulgakov avait bien pressenti sa complicité pour Molière, il y avait consacré sept ans de sa vie, de 1929 à 1936, en écrivant ce que d’aucuns appellent la Molièrana ; un travail sur plusieurs œuvres du grand comique français. La vie de Boulgakov répond comme un miroir tardif à celle de Molière, il en est le frère idéologique et existentiel deux siècles et demi plus tard en Russie. Comme Molière, il traite de sujets brûlants de son époque avec un humour caustique et un grand sens de la dérision. Comme lui il sera encensé puis déchu par un monarque, dans son cas, il s’agit de Staline. Avec Molière ou la cabale des dévots, Boulgakov exprime son propre calvaire, celui d’un écrivain obligé de satisfaire la vanité d’un pouvoir politique absolu.

Molière ou la cabale des dévots de Boulgakov. Photo Marc Vanappelghem

Le Mystère Shakespeare
Dans Le mystère Shakespeare, Guillaume Chenevière tente avec facétie de lever le voile sur le mystère entourant la vie du plus grand dramaturge de la littérature anglophone. Qui est ce modeste acteur provincial venu du XVIe siècle qui parvient à créer quelques œuvres majeures ? Les réponses parviennent entre rire et émotion au travers des propres personnages qu’il a mis au monde ; le roi Lear et sa fille Cordélia, Hamlet, le tisserand Bottom, Richard III et bien d’autres.

Sylvia Medina-Lauper

Théâtre de Carouge, à la Grande salle François-Simon, rue Ancienne-Carouge 39. Location : 022/ 343.43.43. Renseignements : www.theatredecarouge-geneve.ch

- Spectacle, « Molière ou la cabale des dévots » de Mikhaïl Boulgakov, jusqu’au 10 février.

- Spectacle, « Le mystère de Shakespeare », du 5 février au 2 mars. (À la salle Gérard-Carrat).

- Exposition, « L’Espace en scène : Jean-Claude Maret, scénographe », jusqu’au 15 mars.

- Colloque, « Un âge d’or du théâtre à Genève, 1958-1982 », les 7 et 8 mars, entrée libre.

Musée de Carouge, Place de Sardaigne 2, www.carouge.ch
Exposition, « Théâtre de Carouge 1958-2008 », jusqu’au 16 mars. Entrée libre du mardi au dimanche entre 14h et 18h.