Musée Rath
Genève : Les années Labyrinthe

A l’occasion de sa réouverture, le Musée Rath expose l’effervescence intellectuelle qui régnait dans la Genève des « années Labyrinthe ».

Article mis en ligne le mai 2009
dernière modification le 13 juillet 2009

par Andrea TEANO

Du 9 avril au 25 juillet 2009, les Musées d’Art et d’histoire organisent, sous la direction du commissaire Stefan Zweifel, une exposition autour de ce qui fut l’une des grandes aventures éditoriales de Suisse romande : le journal d’Albert Skira, Labyrinthe.

Une aventure intellectuelle qui, de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, représenta un point de convergence des forces culturelles mobilisées pour sortir l’Europe de la tourmente.
A l’occasion de la réouverture du Musée Rath, le public pourra découvrir l’effervescence intellectuelle qui régnait dans la Genève des « années Labyrinthe ». C’était une revue publiée par Albert Skira, avec la complicité de Giacometti et Balthus. A l’inverse de la luxueuse revue Minotaure, publiée précédemment par Skira et Tériade, Labyrinthe, austérité des temps oblige, offrait un aspect modeste : pas d’impression couleur coûteuse, mais un papier journal et une impression relativement bon marché et rapide. Ainsi l’art s’affirmait-il, au milieu des champs dévastés de la conflagration mondiale, comme aspiration nécessaire et invaincue des hommes humiliés par le spectacle de la barbarie.

La revue de Skira
Vendue à la criée dans les rues de Genève (où se trouvaient les bureaux de la revue), de Lausanne et aussi de Paris libéré, son tirage atteint bientôt les quinze mille exemplaires. Dans les vingt-deux livraisons, on trouve les contributions des plus éminents artistes et écrivains de l’époque : de Matisse à Picasso, d’Éluard à Sarte, sans oublier Cingria, Auberjonois, Gruber et bien d’autres encore.
Outre la publication, Skira ne manquait pas d’organiser nombre d’événements, dialogues et conférences, intéressant ainsi un grand nombre d’intellectuels et artistes renommés à cette aventure. On peut dire que grâce à Skira, les brasseries genevoises qui accueillaient ces éminences formaient les carrefours de l’Europe à venir.

Du Labyrinthe à Giacometti
La dernière livraison du journal, le numéro double 22-23, contient un texte clé, un manifeste qui va guider toute la création ultérieure d’Alberto Giacometti selon Véronique Wiesinger (directrice de la Fondation Alberto et Annette Giacometti à Paris). Il s’agit d’un texte de deux pages, intitulé Le Rêve, le Sphinx et la mort de T., dont traite le deuxième volet de l’exposition.
En effet, tandis que le rez-de-chaussée est consacré à un parcours à la fois chronologique et thématique autour du journal Labyrinthe, au sous-sol le visiteur est invité à une promenade à travers les trois sujets dominants du texte de Giacometti, qui sont le rêve et le surréalisme, le Sphinx et l’érotisme, et enfin la mort et la guerre. Trois thèmes sous-jacents dans l’ensemble de la publication.

Événements
Parmi les conférences organisées autour de cette exposition – toutes ont lieu au Musée Rath, à 18h30 – on signale le parcours avec le commissaire Stefan Zweifel, qui se fera le mercredi 6 mai.
Le mercredi 13 mai, la conservatrice, Nadia Schneider, donnera une conférence au sujet de Giacometti, intitulée De la crise au doute méthodique, tandis que le mercredi 3 juin, le professeur et historien du cinéma François Albera parlera du cinéma de Labyrinthe.
Une table ronde est également prévue le mercredi 27 mai à 18h30, en compagnie de l’écrivain Jean Clair (dont on recommande le Journal atrabilaire), du professeur de littérature française Robert Kopp, et de Charles Mela, professeur et directeur de la Fondation Bodmer.
Enfin le dimanche 10 mai, à 15 heures, toujours au Musée Rath, aura lieu un concert : Ensemble Contrechamps ; œuvres de Igor Stravinski, Erwin Schulhoff, Béla Bartók, Manuel de Falla – sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Un catalogue de l’exposition sera en vente dans les librairies du Musée d’art et d’histoire et du Musée Rath. Giacometti, Balthus, Skira, Les années Labyrinthe (1944-1946) est publié par les Éditions Musées d’art et d’histoire et compte 400 illustrations. Son prix sera communiqué ultérieurement.

Andrea Teano

Musée Rath, jusqu’au 5 juillet.
« Giacometti, Balthus, Skira. Les années Labyrinthe (1944-1946) »
Ouvert de 10 à 17 heures. Le mercredi de 12 à 21 heures. Fermé le lundi
www.ville-ge.ch/mah