Royal Opera House, London
Londres : “I Capuletti e I Montecchi“

Superbe interprétation des “stars“ Elina Garanca et Anna Netrebko !

Article mis en ligne le juillet 2009
dernière modification le 6 juillet 2009

par Philippe BALTZER

Quelques semaines après la sortie chez Deutsche Gramophon de leur
enregistrement de l’œuvre de Vincenzo Bellini, tous les directeurs d’opéra rêvaient d’accueillir Elina Garanca et Anna Netrebko pour assurer le service après-vente de ce CD « glamourous » et réussi. Govent Garden l’a fait !

On se souvient de la très belle mise en scène de ces « Capulets » présentée à Genève il y a une quinzaine d’années. Malgré une intrigue statique et squelettique (l’opéra fut écrit en quelques semaines) le metteur en scène canadien Robert Carsen jouait intelligemment sur les couleurs (le rouge et le noir) qui symbolisait l’opposition des deux familles avec une grâce et une habileté qui emportaient les suffrages de tous les belcantistes.
Malheureusement, la reprise londonienne de la production de 1984 de Pier Luigi Pizzi n’est pas de la même étoffe, et a visiblement mal vieilli. Mise en place poussive, déplacements convenus, éclairages aux néons et absence de vision de l’œuvre sont les défauts principaux de cette soirée. Et que dire de la brillante idée du costumier d’avoir déguisé l’ensemble des chanteurs masculins en mauvais sosie du Duc d’Urbin de Piero della Francesca ? Passons ! l’essentiel est ailleurs, deux stars de l’art lyrique chantent pour nous ce soir !
On connaît la controverse qui fait rage chez les puristes : Anna Netrebko et Elina Garanca « auraient été choisie pour leur physique de top model, leur look de star, leurs timbres chatoyants, l’image de la voix plutôt que la voix elle-même ». Une bonne fois pour toutes, une morphologie de « rossignol milanais » n’est pas un pré-requis pour être cantatrice et les qualités vocales de ces deux artistes ne sont plus à démontrer !

« I Capuletti e I Montecchi » avec Anna Netrebko (Giuletta) et Elina Garanca (Romeo)
© Bill Cooper

La Juliette incarnée par la soprano russe Anna Netrebko est dotée d’une voix expressive, agile, riche, ample, lumineuse, doublée d’une présence scénique magnétique et d’une capacité à faire naître l’émotion qui transforme la majorité de ses interventions en de petits moments d’éternité. Elina Garanca est un Roméo idéal à la voix puissante et au timbre velouté ; la mezzo soprano lettone impressionne par sa musicalité et sa ligne de chant irréprochable. Elle incarne un héros juvénile, vocalement parfait et particulièrement touchant. Vous vérifierez par vous-même ce qui précède en écoutant le récent enregistrement de cet opéra interprété par ces deux jeunes femmes belles et talentueuses.
Dans cette œuvre de Bellini, une des plus belles du répertoire du bel canto, les rôles des « deux amants maudits » sont confiés à des voix féminines alors que le reste de la distribution est entièrement masculine... et bien terne. Si le Lorenzo de Giovanni Battista Parodi et le Capellio interprété par Eric Owen sont tout juste passables, le Tebaldo que nous propose le ténor argentin Dario Schmunck est indigne de ses partenaires et involontairement comique.
Dans la fosse, après une ouverture dirigée à vive allure, Mark Elder fait gentiment ronronner son orchestre, avec une bienveillante précision, sans plus.

Philippe Baltzer

Rens. et loc. : Royal Opera House. Tel +44 207 304 4000
www.royaloperahouse.org.uk
« I Capuleti e I Montecchi » - CD Deutsche Grammophon - Wiener Symphoniker. Direction Fabio Luisi avec Elina Garanca et Anna Netrebko