Film d’octobre 2009 : “District 9“

Avec District 9, Neill Blomkamp nous offre un film de science-fiction où les extra-terrestres ne sont pas des envahisseurs, mais des réfugiés.

Article mis en ligne le octobre 2009
dernière modification le 29 janvier 2012

par Antoine GOECKING

District 9


de Neill Blomkamp, avec Sharlto Copley, David James, Jason Cope, Vanessa Haywood. Un film produit par Peter Jackson et Carolynne Cunningham

En cette époque pénible où Tintin au Congo est retiré des bibliothèques par de prétendus bienpensants qui sous prétexte d’éthique ne font que la salir, quel bonheur que de voir District 9 !
Le sujet : il y a vingt-huit ans, une immense soucoupe volante à la dérive s’immobilise juste au-dessus de Johannesbourg. Les extra-terrestres, pas agressifs pour un sou, sous-alimentés, sans défense, ne demandent rien d’autre que l’hospitalité. Ils sont donc casés illico dans un bidonville à Soweto. Et aujourd’hui leur intégration est à l’image de la charité chrétienne : peut mieux faire.

« District 9 » de Neill Blomkamp

La forme : Le spectateur de District 9 est dans la situation du citoyen abreuvé par toutes sortes de canaux d’informations : téléjournaux, images de professionnels, d’amateurs, caméras de surveillance, films d’entreprise, reportages, témoignages, micro-trottoirs, téléréalité. On découvre une seule histoire à travers plusieurs médias. Un procédé narratif foutraque, à l’instar de la réalité, vous l’aurez compris. De la science-fiction uchronique très réaliste donc, impressionnants effets-spéciaux aidant, qui traite de façon jubilatoire les thèmes préoccupants des minorités ethniques, du culte de l’argent, du racisme, de la ségrégation, du rapport au divin, etc.
Bon, ceux qui n’aiment pas les raccourcis abrupts ni les traitements légers feront mieux d’aller voir Les Derniers Jours du Monde des frères Larrieu. Ou de jeter un coup d’œil au site officiel de District 9 sur internet, pour se rendre à l’évidence : le jeu vidéo est en passe de supplanter le cinéma.
Vous avez dit science-fiction ?

Antoine Goecking