Théâtre en Cavale à Pitoëff
Genève : 100 ans du Pitoëff

Pour les 100 ans du Pitoëff, le Théâtre en Cavale propose un spectacle intitulé 100 dessus dessous.

Article mis en ligne le décembre 2009
dernière modification le 26 janvier 2010

par Rosine SCHAUTZ

Le Théâtre Pitoëff, dans lequel s’est installé le Théâtre en Cavale, fête ses cent ans cette année. On se souvient que s’y sont succédé, après les Pitoëff éponymes, Michel Simon, Strehler, Vachoux, Carrat et quelques autres.

Bâtiment
Si les nombreuses programmations et manifestations ont toujours su attirer en ces lieux un public diversifié, le bâtiment en tant que tel mérite à lui seul le détour : construit en 1909, il est en effet un témoin notable de la recherche d’un style national (Heimatstil).

Au départ, Charles Page, maire du quartier de Plainpalais, voulait une ‘Maison Communale’ qui servirait pour les assemblées populaires, les élections et… les banquets ! Il souhaitait aussi y faire construire une petite salle pour les spectacles et les comédies. Joseph Marschall, l’architecte qui gagnera le concours, aura alors des idées qualifiées à l’époque de « très novatrices », notamment aménager un grand hall partant de l’entrée jusqu’au fond du bâtiment, faisant office de foyer, ainsi qu’un escalier monumental orné.

« 100 dessus dessous »
© Emilie Batteux

Théâtre
Pour fêter ce centenaire, le Théâtre en Cavale propose jusqu’au 13 décembre un show en étapes, 100 dessus dessous, qui permettra aux spectateurs (une petite centaine par soir) de voyager à l’intérieur du bâtiment par petits groupes. Le public au cours de ses déambulations assistera, accompagné de quelques cicerone issus de la Compagnie ‘La Troupe Ment’, à un spectacle chanté et dialogué écrit pour l’occasion par Miguel Fernandez-V, et mis en scène par Amandine Sommer.
Les spectateurs seront en outre invités à visiter les entrailles du théâtre, et auront ainsi l’occasion unique d’admirer d’historiques costières – rainures dissimulées dans le plancher de scène à l’aide desquelles se faisait autrefois le jeu des portants (les montants qui servent à soutenir les décors et les appareils d’éclairage) – ainsi que de circuler dans les coulisses ou dans les loges d’ordinaire interdites aux curieux.

Alors, en avant ! Que ce spectacle-anniversaire vous donne l’envie, sinon d’aller voir une opérette… du moins de partir en excursion dans un théâtre sens dessus dessous !

Rosine Schautz

Attention : nombre de places limité. Réservations : 079.759.94.28
www.cavale.ch
Billetterie et bar ouverts une heure avant le début du spectacle

Autour de « 100 dessus dessous »
Mercredi 9 décembre à l’issue de la représentation, rencontre animée par Eric Eigenmann, professeur de dramaturgie à l’Université de Genève. Entrée libre