Sommets Musicaux de Gstaad
Gstaad : Sommets Musicaux

Les Sommets Musicaux de Gstaad fêtent leur 10e anniversaire.

Article mis en ligne le février 2010
dernière modification le 24 février 2010

par Martina DIAZ

Pour leur dixième anniversaire, les Sommets Musicaux de Gstaad, qui se tiendront du 29 janvier au 6 février, ont souhaité poursuivre l’alternance tissée au cours de cette décennie entre des musiciens réputés et des jeunes artistes.

Cette édition s’inscrit sous le signe des retrouvailles avec des talents méconnus ayant été invités les précédentes années et qui n’ont cessé de se produire depuis dans le monde entier. C’est ainsi que les Sommets Musicaux, tout en conservant la fraîcheur de la découverte, visent à perpétuer des liens construits depuis l’an 2000. Les Prix “Marguerite Dütscher“ et “Philippe Chaignat“ récompenseront les meilleurs espoirs qui se produiront à la Chapelle de Gstaad ou à l’Eglise de Saanen.

Points forts
Après l’ouverture des Sommets musicaux assurée par l’Orchestre de la Suisse Romande le 29 janvier, l’Église de Saanen recevra le 5 février la Sinfonia Varsovia. Fondée par Yehudi Menuhin en 1984, la formation sera dirigée ce soir-là par Grzegorz Nowak, chef associé principal du Royal Philarmonic Orchestra de Londres. Le Concerto pour piano et orchestre No 9 de Mozart sera interprété par Plamena Mangova, élève de El Bacha et de Bashkirov, alors que le Concerto pour violoncelle et orchestre No 1 de Saint-Saëns sera joué par Johannes Moser, jeune violoncelliste que s’arrachent les meilleurs orchestres. La Symphonie No 1 de Prokofiev sera également au programme de la soirée.

Le violoncelliste Nicolas Altstaedt

La clôture des Sommets Musicaux à Saanen sera symphonique, avec la présence de la Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz dirigée par Karl-Heinz Steffens, son chef principal. Saint-Saëns sera également à l’honneur, avec le Concerto pour piano et orchestre No 2 interprété par Joseph Moog. Le reste du concert sera dédié à Robert Schumann, à son Ouverture, Scherzo et Finale pour orchestre et au Concerto pour violoncelle et orchestre, avec comme soliste Marie-Stéphanie Janecek Juma, lausannoise de formation.

L’Église de Saanen recevra aussi le 4 février le Musikkollegium de Winterthur, dont l’origine remonte au XVIIe siècle. La formation sera placée sous la baguette de Douglas Boyd et jouera Le songe d’une nuit d’été, Ouverture de Mendelssohn, suivi du Triple Concerto pour piano, violon, violoncelle et orchestre de Beethoven. Le Berolina Trio, lauréat du “Prix Marguerite Dütscher 2009“, assurera la partie soliste, tandis que le lauréat du même prix décerné en 2008, Nicolas Altstaedt, interprétera au violoncelle les Variations sur un thème Rococo de Tchaïkovsky.

La pianiste Elisabeth Leonskaya.
Photo Joschwartz

La Chapelle de Gstaad verra défiler du 1er au 6 février de jeunes duos comme ceux composés par Sergey Moalov (violon et alto) et Sergey Sobolev, pianiste (1er février) ; Adam Krzeszowiec (violoncelle) et Piotr Salajcy au piano (4 février) ; David Pia (violoncelle) et Sergey Kuznetsov au piano. Le Morgenstern Trio se produira le 2 février, alors que le lendemain le public pourra entendre un récital de harpe donné par Emmanuel Ceysson. Bertrand Chamayou conclura le 6 février avec un récital de piano, où les Années de pèlerinage de Liszt côtoieront le Prélude, Choral et Fugue de César Franck.

A l’Église de Rougemont, le public pourra entendre le pianiste Stephen Hough le 1er février, dans un programme dédié à Bach, Chopin et Fauré – trois compositeurs à la filiation indéniable. Elisabeth Leonskaja revient aux Sommets Musicaux le lendemain avec un récital consacré à deux monuments de la littérature pianistique de Schubert, puisqu’elle interprétera dans un concert à ne pas manquer la Sonate pour piano No 16 en la mineur, D 845 ainsi que la Fantaisie “Wanderer“.

Martina Diaz

Sommets Musicaux de Gstaad, février 2010. (loc./rens. +33 748.81.82)