Bâtiment des Forces Motrices, Genève
Genève : István Várdai

Le violoncelliste István Várdai sera en concert au Bâtiment des Forces Motrices en compagnie de L’Orchestre de Chambre de Genève.

Article mis en ligne le mars 2010
dernière modification le 24 mars 2010

par Pierre JAQUET

Le jeune violoncelliste hongrois de 24 ans, István Várdai, avait remporté le 27 octobre 2008 le 1er Prix de violoncelle lors de la 63e édition du Concours de Genève. Il a également reçu le Prix Coup de Coeur Breguet,le Prix du Public et le Prix Pierre Fournier. La cité du bout du lac s’apprête à l’accueillir à nouveau, lui qui a vécu des étapes importantes de sa carrière dans cette ville.

Fils d’un couple de pianistes, István Várdai a abordé son instrument à l’âge de 8 ans. Elève de la prestigieuse Académie Franz Liszt de Budapest, ce jeune homme a étudié auprès de Lásló Mezó et se perfectionne aujourd’hui à Vienne avec Reinhard Latzko.
Celui qui prétend ne pas aimer les concours – « Je ne comprends pas toujours ce besoin de mesurer les artistes les uns par rapport aux autres » – est lauréat de nombreuses compétitions, il a notamment remporté en 2007 un Prix spécial au Concours Tchaïkovsky de Moscou. Précédemment, il avait gagné des récompenses aux Concours Feuermann à Berlin et de l’ARD à Munich. Mais surtout c’est la distinction genevoise qui a compté pour lui !

Humanité en musique
L’année suivante, c’est dans ce même lieu que le violoncelliste a gravé l’un de ses premiers disques, avec l’Orchestre de Chambre de Genève.

István Várdai et Simon Gaudenz.
Copyright Jean-Claude Capt-Breguet SA

Le concertiste a suivi de nombreux cours donnés par des experts de l’archet, des figures aussi renommées que celles de Natalia Gutman (avec laquelle il a travaillé le concerto de Haydn, une étape marquante pour lui, car elle a lui a fait comprendre, selon ses propres dires, « l’importance de l’humanité dans la musique »), Tsuyoshi Tsutsumi, Natalia Shakovskaya, Janos Starker ou Frans Helmerson. A chaque fois, il s’est agi pour le musicien de « trouver ce que ces maîtres attendent de moi. Chacun essaie de me transmettre ses secrets à sa manière. Et de toute façon il n’est jamais facile de faire passer les émotions incluses dans les compositions musicales. » L’art de l’interprétation, chez le jeune artiste, se conjugue visiblement avec celui de l’écoute !
Avant même d’avoir terminé sa formation, l’interprète a donné de nombreux concerts – en récital ou avec une phalange – tant en Hongrie qu’à l’étranger avec des chefs de la renommée de Zoltán Kocis, Adam Fischer ou János Rolla. Pour István Várdai, il était nécessaire de commencer tôt la vie de concertiste, « pour acquérir un degré de préparation autre que dans un conservatoire, pour posséder au plus vite un autre type de routine. »

Méditation
Sur scène, le violoncelliste manifeste beaucoup de rayonnement : « Lorsque je joue, je m’efforce de m’immerger complètement dans ce que je fais. Si ma musique ne me tonifie pas ou ne m’intéresse pas, que puis-je espérer du public qui m’écoute ? »
Débordant d’énergie et de santé – il adore se déplacer à vélo, ou simplement parcourir des kilomètres sur deux roues – le musicien hongrois affirme que la musique de Bach l’amène à la méditation. « C’est comme de l’eau pour moi ; elle est claire et c’est tellement agréable de s’immerger dedans. Je la joue tous les jours pour moi-même, quand elle ne figure pas dans les programme de concerts ou dans les bis. Elle m’aide à conserver mon équilibre. »

Pierre Jaquet

Mardi 16 mars 2010 à 18h. Bâtiment des Forces Motrices. István Várdai violoncelliste. Orchestre de Chambre de Genève. Marcus Bosch, direction.
Programme : Zanon, « variations perpétuelles » (Création) / Schubert, sonate « Arpeggione » (version pour violoncelle et orchestre réalisée par le légendaire Gaspar Cassadó. Cette transcription est agrémentée de nombreux ajouts de la plume du musicien espagnol, au point d’être parfois désignée comme le Concerto en la mineur de Schubert ! Une initiative héroïque de la part de Cassadó ?) / Beethoven, « symphonie N° 3 "Eroica" »

Billetterie : L’Orchestre de Chambre de Genève
T  : +41 (0)22 807 17 90. Horaires : de 9h30 à 12h du lundi au vendredi
Ou par internet via le site  : www.resaplus.ch
Ou par téléphone à Resaplus - 0900 552 333 (1CHF/min.)
Ou par les points de vente resaplus.

Discographie :
1. MELIS, L. : Wohltemperiertes Cymbal / HOLLOS, M. : Toccata lirica / DURKO, P. : Rovid novella / KONCZEI, A. : Moments / TALLER, Z. : Sounds for Better Days (Hungaroton)
2. ELGAR : concerto pour violoncelle – JANÁCEK : Pohadka (Le Conte) – PROKOFIEV : sonate pour violoncelle, op. 119. Orchestre de Chambre de Genève - Simon Gaudenz, direction - Balasz Fülei, piano (Ysaye Records / Nascor)