Opéra de Lyon
Lyon : Concert Joyce DiDonato

La mezzo américaine a à nouveau fait montre de ses magnifiques moyens vocaux.

Article mis en ligne le novembre 2010
dernière modification le 12 décembre 2011

par François JESTIN

Donné quelques jours auparavant au Théâtre des Champs-Elysées, le concert de Joyce DiDonato marquait ses débuts à l’Opéra de Lyon.

Le programme de la soirée alterne les airs et les pièces instrumentales, réservant une égale importance à la mezzo américaine et à l’orchestre de l’Opéra, son directeur musical Kazushi Ono étant placé au pupitre.

Joyce DiDonato
© Sheila Rock

Curieux programme en première partie, puisqu’on y « coupe en deux Francis Poulenc » : nous avons droit aux deux premiers mouvements de sa Sinfonietta, puis deux airs de Mozart avant de retrouver les mouvements III et IV. Les Cherubino et Susanna permettent un démarrage en douceur, avec de superbes piani filés pour la dernière, tandis qu’on peine à croire à l’adolescent émoustillé en regardant la jolie chanteuse épanouie dans son fourreau noir. Place ensuite à La Clemenza di Tito, d’abord celle de Gluck avec le long air da capo pour Sesto, dont la musique sera réemployée dans Iphigénie en Tauride (« O malheureuse Iphigénie »). Puis vient l’homonyme mozartien, avec le grand air de Vitellia « Non più di fiori » qui constitue certainement le sommet du concert. Dès le récitatif, plein de haine dans le visage, l’expressivité et l’interprétation sont exceptionnelles, et les moyens vocaux également superlatifs : projection, souffle, étendue, variations des couleurs, etc.

En deuxième partie, l’Orphée d’Offenbach est assez gentil, alors que celui de Gluck la met en difficulté dans une tessiture trop basse pour elle. Le rondo final de Cenerentola de Rossini est une nouvelle démonstration de sa virtuosité, avant un unique rappel, le très beau « Parto, parto » de La Clemenza di Tito. A noter comme passage instrumental la magistrale ouverture de Béatrice et Bénédict, qui nous donne envie d’entendre très vite du Berlioz, par ce même orchestre.

François Jestin

Concert Joyce DiDonato : le 29 septembre 2010 à l’Opéra de Lyon