Palais des Papes, Avignon
Avignon : “Pimmalione“

Belle soirée, avec les belles prestations de Nora Gubish et Karine Deshays, entre autres.

Article mis en ligne le novembre 2010
dernière modification le 11 décembre 2011

par François JESTIN

En coproduction avec la Fondation Bru Zane (le Centre de musique romantique française, basé au Palazetto Bru Zane), ce concert consacré au compositeur Luigi Cherubini est joué à Avignon, deux jours avant sa reprise à Venise.

La première partie de la soirée est française et composée des deux cantates Clytemnestre, interprétée par la soprano Caroline Mutel, et Circé, chantée par la mezzo Karine Deshayes, un extrait de Médée complétant le programme.

Karine Deshayes
© Vincent Jacques

Malgré les belles qualités de diction des deux artistes, il faut vraiment tendre l’oreille, et souvent lire le texte dans le programme, afin de pouvoir comprendre les paroles. La représentation est donnée en effet dans la salle du Grand Tinel, au Palais des Papes, ce qui a l’avantage de proposer aux spectateurs une somptueuse visite « by night »des lieux, mais présente le gros inconvénient d’une acoustique très difficile pour les voix.

Le morceau de choix arrive en deuxième partie avec Pimmalione, « drame lyrique en un acte » chanté en italien, pour lequel les deux chanteuses déjà citées sont aux côtés de la soprano Ludivine Gombert, et de la mezzo Nora Gubisch distribuée dans le rôle-titre. Les différentes parties de la pièce, comme du reste dans les cantates, proposent des changements d’atmosphères extrêmement rapides et marqués par des variations de rythme et d’orchestration, on passe ainsi très soudainement du calme paisible à la fureur, et inversement. Nora Gubisch est très investie dans son interprétation, et Karine Deshayes fait une belle démonstration de conduite de ligne de chant, d’agilité, et est capable également d’accès de spectaculaire projection vocale.

Les chanteuses sont bien soutenues par l’ensemble instrumental Les Nouveaux Caractères, dirigé par Sébastien d’Hérin qui tient également le pianoforte. Les chœurs de l’Opéra-Théâtre d’Avignon, relégués au fond de la salle, ne sont quant à eux pas toujours très homogènes.

François Jestin

Cherubini : PIMMALIONE : le 1er octobre 2010 à Avignon – Palais des Papes