Film du mois no. 233 : “La fille du puisatier“
Article mis en ligne le 1er juin 2011
dernière modification le 10 mai 2011

par Philippe BALTZER

La fille du puisatier


de Daniel Auteuil, avec Daniel Auteuil, Kad Merad, Sabine Azéma, Jean-Pierre Darroussin et Astrid Bergès-Frisbey. (France 2011, 2 h)

Recette de la daube provençale.
Interrompez votre partie de pétanque pour choisir un bon vieux film de Pagnol.
Remplacez Raimu et Fernandel par Daniel Auteuil et Kad Merad.
Prenez une cuite au pastis pour oublier votre forfaiture.
Notez, au passage, que l’huile de palme est à la gastronomie ce que Kad Merad est au cinématographe : présence incontournable et qualités gustatives limitées.
Epluchez la carte Michelin de la Provence.
Choisissez les endroits les plus pittoresques de cette belle région parcourue par le mistral qui chante dans les champs de blé et qui décoiffe les cheveux des filles.
Tapissez le fond de l’écran de cigales qui vous escagasse les oreilles.
Ajoutez un bouquet garni de figurants empestant la farigoule et l’aïoli.
Pour la fille du puisatier prenez un joli mannequin récitant son texte sans conviction car « elle a été élevée à Paris, peuchère ».
Passez Daniel Auteuil au fond de teint orange.
Pour la marinade, faite revenir Sabine Azéma et Jean-Pierre Darroussin “avé l’accent“.
Nappez généreusement cette crèche vivante et sa brochette de santons d’une réduction de musique d’Alexandre Desplat.
Enfournez et laissez mijoter la daube pendant une bonne sieste de 2 heures.
Servez un dimanche soir sur TF1 après une défaite de l’OM.
Comme disait l’immense Raimu « Ah, le cinéma ! Qu’est-ce que ce serait s’il n’y avait pas la caméra ! Ce serait... merveilleux, tout simplement ! »

Philippe Baltzer