Sur les scènes lausannoises
Lausanne : Théâtre en décembre

Une sélection...

Article mis en ligne le 6 décembre 2012
dernière modification le 10 décembre 2012

par Viviane Vuilleumier

Petit tour d’horizon des spectacles offerts sur la place de Lausanne jusqu’au fin 2012.

Théâtre Vidy-Lausanne : Plexus

Jusqu’au 16 décembre : Vidy accueille Plexus d’Aurélien Bory avec Kaori Ito.

L’histoire : D’un côté, il y a le monde d’Aurélien Bory, qui sait allier curiosité savante et poésie. D’un autre côté, il y a Kaori Ito, danseuse à la présence incandescente qui a mis son talent au service de gens comme Preljocaj, Decouflé,Thiérrée ou Platel. Par son art, elle tend à une forme de fusion où se mêlent la culture millénaire de son Japon natal et le spectacle de l’Europe d’aujourd’hui.

« Plexus »
© Tristan Baudoin

La rencontre entre ces deux créateurs sera source d’un dialogue fécond, entre le dedans et le dehors, entre le corps et l’intellect, entre l’ici et l’ailleurs. Un choc qui devrait donner naissance à de superbes étincelles.

Vidy-Lausanne, salle de répétition, mar-sam à 19h30, dim à 18h30 (loc. 021/619.45.45)

Théâtre Vidy-Lausanne : Aminata

Jusqu’au 21 décembre : Vidy présente une intrigue poético-policière de Gilles Laubert dans la mise en scène de Jacob Berger

Jacob Berger
© Gilles Philippot

L’histoire : Aminata, c’est le prénom d’une jeune femme sans papiers, qui se livre à la prostitution. Elle est sénégalaise, jetée sur le pavé par la dureté des temps. Un jour, son chemin croise un client pas comme les autres : Georges a échappé à la passion dévorante de sa mère et, dans le lit aux caresses tarifées, semble soudain découvrir la richesse et la diversité du monde. Pour corser l’histoire, déstabilisée par la fugue de son fils, Solange engage un inspecteur peu conventionnel pour le retrouver.

D’une écriture riche, vive, inventive, mêlant des bribes de wolof (le parler du Sénégal), Gilles Laubert raconte une fable d’une profonde humanité. Sa pièce est pétrie d’émotions, pleine de mystère, et traite aussi bien de l’amour que d’un thème majeur de notre époque : l’altérité. Pour la mettre en scène, le cinéaste Jacob Berger va œuvrer dans un registre où il excelle : la direction d’acteurs.

Vidy-Lausanne, La Passerelle, mar-sam à 20h, dim à 18h, relâche lun (loc. 021/619.45.45)

Le petitthéâtre : Moby Dick

Jusqu’au 31 décembre, Moby Dick investit la scène du petitthéâtre ; la mise en scène de Gabriele Bazzichi est basée surun texte de Herman Melville.

L’histoire : Attiré par la mer et le large, Ismaël décide de partir à la chasse à la baleine. Avec son ami Queequeg, un fameux harponneur natif des îles, le jeune homme embarque à bord du Péquod, un baleinier commandé par le capitaine Achab. Le jeune homme s’apercevra bien vite que l’unique but du capitaine est de retrouver Moby Dick, un cachalot blanc gigantesque, qui lui a jadis arraché une jambe et dont il a juré de se venger.

« Moby Dick »
© Pénélope Henriod

Pour traduire à la scène le souffle épique du chef-d’œuvre de Melville, Gabriele Bazzichi et Domenico Carli ont vu grand ! Accompagnés dans cette aventure par Gilbert Maire, scénographe et directeur technique du petit théâtre, ils vont vous embarquer dans la Tour Vagabonde, véritable vaisseau-théâtre, amarré pour l’occasion dans le jardin du petit théâtre.

Le petit théâtre, mer-sam-dim à 17h + jeu 27, ven à 19h, lun 31 à 21h30 (rés. www.lepetittheatre.ch/)

L’Arsenic au Cinéma Eldorado : Ne plus rien dire

Jusqu’au 16 décembre, Joël Maillard met en scène sa pièce Ne plus rien dire.

L’histoire : C’est l’histoire d’un homme qui se tait, progressivement et définitivement. Incapable de supporter, entre autres, la marchandisation des personnes et la personnification des marchés, inapte au suicide, il vit désormais dans un autre monde, dont il est le seul occupant, ermite au milieu de la foule, homme-île déserte. Quitter l’existence tout en restant dans son corps, sortir du grand jeu social, décrocher, rien attendre, ne plus rien dire.

« Ne plus rien dire »

Dans le cinéma Eldorado, dépossédé de ses fauteuils, de son écran, de sa fonction, des chaises forment un cercle. Une femme évoque le chemin qui mena cet homme au silence. Mais n’est-elle pas ici pour parler d’autre chose ?

Cinéma l’Eldorado, ma, je, sa 19h / me, ve 20h30 / di 18h (rés. 021/311.65.14)

Théâtre Kléber-Méleau : Le Mâle entendu

Du 11 au 16 décembre : Le Mâle entendu, sur une idée de Nancy Huston, occupe la scène de Kléber-Méleau (Déconseillé avant 16 ans).

L’histoire : il s’agit d’un spectacle composé à quatre, qui pourrait s’appeler À ta place. Nancy Huston joue l’homme, se fait musicienne, chanteuse, et s’approprie les propos des musiciens. Avec la collaboration artistique de Chloé Réjon, les auteurs ont estimé aussi discutable que célèbre l’affirmation de Simone de Beauvoir On ne naît pas femme, on le devient.

« Le Mâle entendu »

Et homme ? On le naît ? On le devient ? Le corps, la musique, la femme, le désir trouveront ici un langage sans fausse pudeur, désarmant de sincérité, de simplicité, d’une légèreté pleine d’humour, de sensibilité, de nuances. Ainsi le fameux « idéal masculin » sera interrogé par les premiers concernés, avec en perspective l’image de la femme. Avec Jean-Philippe Viret à la contrebasse, Edouard Ferlet au piano, Fabrice Moreau à la batterie.

Théâtre Kléber-Méleau, ma-me-je 19h, ve-sa 20h30, di 17h30 (rés. 021/625.84.29)

Vidy-Lausanne : Théâtre des opérations

Du 11 au 21 décembre : Pierre Rigal est de retour sur la scène de Vidy avec son Théâtre des opérations.

L’histoire : Pierre Rigal fait partie de ces artistes en état de recherche. Chorégraphie, cirque, acrobatie, arts plastiques, musique, expressions audio-visuelles : il aime se situer au carrefour des langages.

« Théâtre des opérations »
chorégraphie de Pierre Rigal

Pour ce nouveau spectacle, il s’immerge à Séoul et travaille avec une dizaine d’excellents danseurs contemporains, fouetté qu’il est par l’énergie et la vitalité de ces interprètes. Lors d’un conte aux accents ludiques, qui relève de la science fiction, il est question d’une humanité qui se livre à des expériences sur elle-même, dans« un concentré accéléré d’une Histoire fictive de civilisation, avec ses réussites et ses fracas. »

Vidy-Lausanne, salle Charles Apothéloz, mar-jeu-sam à 19h, ven à 20h30, dim à 17h30 (rés. 021/619.45.45)
Suite à un changement, nous sommes au regret de vous annoncer que la représentation du jeudi 13 décembre à 19h00 pour "Théâtre des opérations" a été supprimée. Les autres dates annoncées sont confirmées.

Vidy-Lausanne : Stabat Mater furiosa et paradis perdus

Du 12 au 21 décembre, la Compagnie Mezza-Luna propose un spectacle intitulé Stabat Mater furiosa et paradis perdus de Jean-Pierre Siméon, John Milton et Platon.

L’histoire : S’interroger encore et toujours sur la présence de l’être humain sur terre, sur sa propension à faire du mal, sur son penchant pour la guerre, sur son goût définitivement irréductible pour la barbarie… Mais le faire avec fureur poétique, avec musique, avec humour même, au point que cela devienne une célébration de la vie !

« Stabat Mater furiosa et paradis perdus »
© Mathilda Olmi

C’est le défi relevé, de superbe manière, par la Compagnie Mezza-Luna. Pour son projet, Heidi Kipfer s’est d’abord appuyée sur le verbe baroque de Jean-Pierre Siméon, complétant cette matière par des extraits du Paradis perdu de Milton, ou encore par un récit narrant l’origine du monde.

Chapiteau Vidy-L, mar-jeu-sam à 20h30, ven à 19h, dim à 17h (loc. 021/619.45.45)

Espace culturel des Terreaux : Ma Vie avec Martin Luther King

Les 13, 14 et 16 décembre : la Compagnie de la Marelle présente Ma Vie avec Martin Luther King, de Coretta Scott King.

L’histoire : La tragédie de l’assassinat de Martin Luther King, en 1968, aurait justifié, de la part de sa femme, un récit marqué par la révolte ou l’amertume. Il n’en est rien. Coretta Scott King a choisi le chemin de l’amour et du pardon.

Flavie Crisinel prête sa voix à Coretta Scott King

Elle a voulu que soient partagées avec tous les peines, les joies, les épreuves, les espérances de cet homme qui incarnait un idéal. Le résultat, c’est l’un des documents les plus émouvants de tous les temps ! Faisant alterner le récit et le chant de nombreux gospels, connus ou moins connus, Flavie Crisinel prête sa voix à Coretta Scott King dans une étonnante complicité.

Espace culturel des Terreaux, jeu à 19h / ven à 20h / dim à 17h (loc. www.terreaux.org/)