Zentrum Paul Klee
Berne : Klee et Jawlensky

Le Centre Paul Klee se penche sur l’amitié entre Klee et Jawlensky

Article mis en ligne le 19 février 2013
dernière modification le 26 mai 2013

C’est grâce à l’amitié entretenue avec de nombreux autres peintres, tels Franz Marc ou Vassily Kandisky, que Paul Klee est devenu le peintre exceptionnel que nous connaissons aujourd’hui. Mais les liens tissés avec l’artiste russe Alexej von Jawlensky (1864–1941) ont été particuliers. Paul Klee a échangé plus de tableaux avec lui qu’avec aucun autre artiste. Leur correspondance montre aussi à quel point leurs destins se sont entrecroisés. L’exposition « Klee et Jawlensky – Une amitié d’artistes » revient sur cette amitié et sur les échanges entre les deux artistes.

La rencontre entre les deux artistes a eu lieu en 1912 à Munich, alors qu’ils étaient tous deux membres du mouvement d’avant-garde Le Cavalier Bleu. A l’époque, leurs œuvres sont encore marquées par les traditions du 19e siècle finissant.

En 1914, ils explorent en parallèle de nouvelles formes de représentation, dans lesquelles la réduction et l’abstraction deviennent de plus en plus claires. Autant Paul Klee que Alexej von Jawlensky travaillent sur les genres classiques que sont le paysage, la nature morte et le portrait, mais ils y apportent un poids différent.
Outre les visages abstraits et méditatifs de Jawlensky, un des points forts de l’exposition est formé par ses portraits aux couleurs brillantes.

Entre 1914 et 1935, les deux artistes s’offrirent 30 œuvres témoignant de leur amitié et de leur estime mutuelle : 15 œuvres de Klee, 2 toiles et 13 aquarelles et 15 toiles de Jawlensky. Cet échange, auquel la compagne de Jawlensky, l’artiste Marianne von Werefkin, a participé pendant un temps, a débuté avant que n’éclate la Première Guerre mondiale.

Si Klee et Jawlensky ont été proches sur le plan artistique, leur biographie respective présente aussi d’étonnants parallèles. Tous deux ont dû quitter l’Allemagne, Jawlenksy lors de la première guerre mondiale, Klee lorsque les nazis ont pris le pouvoir dans les années 1930. A la fin de leur vie, tous deux ont souffert de maladies qui ont eu impact non seulement sur leur existence, mais aussi sur leur création.

L’exposition Klee et Jawlensky – Une amitié d’artistes montre pour la première fois de nombreuses œuvres de premier rang de l’artiste russe, provenant d’une part de tableaux de la succession Paul Klee (donation de Livia Klee) et, d’autre part, de prêts provenant de collectionneurs privés. De plus, d’importantes œuvres de Klee et de Jawlensky proviennent de la Tate Modern de Londres, du Musée des beaux-arts de Berne, du Museo Comunale d’Arte Moderna d’Ascona, de la Merzbacher Kunststiftung et de particuliers. Des documents prêtés par les Archives Jawlensky de Locarno et par des particuliers sont également exposés.

Jusqu’au 26 mai 2013