Festival de films Visages
Martigny : Visages

6ème Festival de films Visages : la beauté de l’ordinaire

Article mis en ligne le 24 février 2013

La ville de Martigny accueille la 6ème édition du festival Visages qui, cette année, propose 200 films en provenance de 25 pays, et reçoit 60 invités, jusqu’au dimanches 3 mars. Les projections ont lieu soit au cinéma Casino, soit dans le grand salon du Manoir de la Ville.

Parmi les 200 films sélectionnés pour cette édition, se trouvent courts et longs métrages, documentaires, fictions, animation et cinéma expérimental.

Ainsi, le lundi 25 février, on pourra assister à la projection de Je ne suis là pour personne, un documentaire de Gregory Robin ; ainsi que celle de Huerfano Valley, documentaire d’Elisa Larvego qui rend visite aux quelques hippies vivant encore dans une commune du Colorado, en assez haute altitude.

Le mardi 26 février, on suit la caméra de Laurence Kirsch, une réalisatrice confrontée à la maladie d’Alzheimer de son père, et qui décide de filmer son parcours. Le même jour aura lieu la projection du film de Michael Haneke, Amour, qui a reçu la Palme d’or à Cannes en 2012.

« Bridge over the Wadi » de Tomer Heymann & Barak Heymann

Le documentaire Bridge over the Wadi, de Tomer Heymann & Barak Heymann, rend compte de la création, par un groupe de parents arabes et juifs, d’une école binationale et bilingue, création qui constitue une première en Israël. Autre documentaire, celui de Ramar Tal, Life in stills, qui raconte la façon dont Miriam Wissenstein et son petit-fils Ben unissent leurs forces pour sauver l’atelier de photographie documentant les moments forts d’Israël depuis plus de 60 ans. Deux documentaires projetés le mercredi 27 février.

Le jeudi 28 février, le festival offre un parcours de courts métrages, dès 19h, un parcours qui permettra de visionner des films d’animation tels Wings and oars de Vladirmir Lesciov, L’envolée de Sophie Racine ou Mal de mère d’Alexia Cooper. Plus tard dans la soirée, sera projeté Avanti, la fiction d’Emmanuelle Antille.

« Quelques heures de printemps » de Stéphane Brizé

Un nouveau parcours de courts-métrages aura lieu le vendredi 1er mars, et proposera principalement des fictions. Dans la soirée, Quelques heures de printemps, une fiction de Stéphane Brizé, sera projeté au cinéma Casino.

Le samedi 2 mars, le festival débute avec la projection du documentaire de Pierre Morath, Chronique d’une mort oubliée, un drame qui avait secoué l’opinion publique genevoise en 2005. Suit Il nous faut du bonheur, un documentaire d’Alexandre Sokourov & Alexei Jankowski sur une communauté kurde. En début de soirée, Jours de pêche en Patagonie, de Carlos Sorin, qui suit le parcours (la rédemption ?) de Marco.

« Jours de pêche en Patagonie » de Carlos Sorin

Fin du festival, le dimanche 3 mars, avec L’hiver dernier, fiction de John Shank ; Bernard Bovet. Le vieil homme à la caméra, documentaire de Nasser Bakhti, et Terrain vague, autre documentaire, de Philippe Gand.

Signalons encore qu’une exposition intitulée Une poétique du temps, qui choisit d’explorer le temps de la lenteur, le temps de la création, le temps de l’écriture... se tient au Manoir de la Ville de Martigny jusqu’au 31 mars. Elle donne à voir des photographies, des installations sonores et des travaux sur papier.

Plus d’infos sur : www.manoir-martigny.ch