Palazzo Strozzi, Florence
Florence : L’Avant-garde russe

L’Avant-garde russe, la Sibérie et l’Orient

Article mis en ligne le 20 septembre 2013
dernière modification le 20 janvier 2014

par Viviane Vuilleumier

Pour la première fois, une exposition examine l’importance fondamentale de l’art oriental et eurasien sur le Modernisme russe ; cette manifestation internationale suit les destinées des Russes auto-proclamés “Barbares“ dans leur quête de nouvelles sources d’inspiration artistique : Kandinsky, Malevič, Filonov, Gončarova.

De la forme des pierres néolithiques aux rituels des shamans sibérians, en passant par les populaires estampes chinoises ou les gravures japonaises, ou encore par la doctrine téosophique et la philosophie indienne,... les nouveaux artistes et écrivains russes se sont appuyés sur tous ces éléments pour développer leur esthétique et leurs idées théoriques, avant et après la Révolution d’octobre 1917.

Ainsi, l’exposition du Palais Strozzi démontre comment la culture russe moderne a fait montre d’une profonde attirance envers l’exotique, l’inconnu et “l’autre“, ce que les écrivains et les artistes ont identifié comme l’esprit de la taiga - ces territoires vierges, ces steppes désertiques -, et la “différence“ de la culture orientale.
Alexandre Benois, Léon Bakst, Pavel Filonov, Natalia Goncharova, Wassily Kandinsky, Mikhail Larionov, Kazimir Malevich et les autres mouvements de l’Avant-garde étaient profondément conscients de l’importance de l’Est et ont contribué à la richesse du début - Est ou Ouest ? - qui a laissé une empreinte permanente sur leur imagination créatrice.

En plus des héros de l’Avant-garde russe, cette exposition souhaite aussi familiariser le visiteur avec les autres artistes, moins connus mais tous aussi originaux, des artistes d’aujourd’hui tels que Nikolai Kalmakov, Sergei Konenkov et Vasilii Vatagin, dont beaucoup d’œuvres sont montrés à l’Ouest pour la première fois.

A voir du 27 septembre 2013 au 19 janvier 2014