Théâtre du Ranelagh
Paris : Diderot à l’honneur

Festival Diderot

Article mis en ligne le 3 septembre 2013
dernière modification le 29 août 2013

par Julien ROCHE

Le théâtre Le Ranelagh programme dès le 6 septembre, dans le cadre du Festival Diderot, des représentations du Neveu de Rameau - une conversation étincelante, rafraîchissante - et de La Religieuse - un texte sublime écrit pour des femmes.

Le Neveu de Rameau
A ma droite, un philosophe honnête, faisant des observations sur le monde comme il va ; à ma gauche, le neveu d’un célèbre musicien, chien fou vivant aux crochets d’une société qu’il abhorre. La conversation s’engage, électrique : l’un écoute, éprouvant fascination et répulsion tour à tour, tandis que l’autre se donne en spectacle et profère alternativement, sur les sujets abordés (le génie, la morale, l’éducation), des vérités que nul ne veut entendre et des énormités qui font bondir le respectable philosophe.

« Le neveu de Rameau »
Crédit Chantal Palazon

Ce texte, l’un des plus explosifs de la littérature française, la mise en scène rondement menée de Jean-Pierre Rumeau le donne à entendre en toute clarté, ce qui est déjà une qualité appréciable à une époque où tant de metteurs en scène défigurent les textes à trop vouloir les « dépoussiérer ». Il lui manque pourtant le grain de sel qui aurait permis au dialogue de Diderot d’exister pleinement. Si le neveu de Rameau est comparé par le narrateur à un grain de levain qui fermente et fait sortir la vérité, l’interprétation des deux comédiens, d’une trop sage virtuosité, ne permet pas au texte de s’incarner tout à fait.

Nicolas Vaude nous signifie à merveille la folie de Rameau, mais ne parvenant à la faire sienne ni à se maintenir sur le fil du rasoir, il finit par donner dans le clownesque. Aussi la pièce tourne-t-elle parfois au numéro d’acteur, et on regrettera que les deux comédiens ne jouent pas davantage ensemble, même si Gabriel Le Doze, pour sa part, campe excellemment un philosophe bonhomme que les propos subversifs du neveu séduisent, troublent et scandalisent à la fois. On ne recevra aucune décharge en voyant cette pièce un peu trop sage, mais on passera un agréable moment.

Julien Roche

La Religieuse
Durant la même période est programme La Religieuse de Diderot dans la mise en scène de Nicolas Vaude, avec Christelle Reboul dans le rôle de Suzanne Simonin. A ses côtés, Marie-Laurence Tartas et Frédéric Andrau.

Du 6 septembre au 31 décembre 2013