Atelier Grognard, Rueil-Malmaison
Rueil-Malmaison : Les peintres du paysage provençal

L’attrait de la lumière de Provence (1850-1920)

Article mis en ligne le 15 décembre 2013
dernière modification le 20 mars 2014

La Ville de Rueil-Malmaison poursuit sa programmation artistique autour des grands courants picturaux et présente à l’Atelier Grognard un ensemble d’œuvres d’artistes de l’École de Marseille.

Ces artistes, attirés par la lumière et la chaleur du Midi, originaires de Provence ou d’autres régions, ont pour noms Félix Ziem, Adolphe Monticelli, mais aussi Charles Camoin, Auguste Chabaud, ou encore Paul Signac, Henri Manguin et Raoul Dufy...

L’exposition comprend une centaine de pièces, provenant en majorité du Musée Regards de Provence, à Marseille, et du Musée de l’Annonciade, à Saint-Tropez.

Le paysage a pris une part capitale dans la révolution plastique du XIXe siècle, et le paysage provençal a agi comme un facteur stimulant sur les peintres qui se sont établis dans cette contrée. Si leur création jouit d’une reconnaissance universelle, l’œuvre des artistes qui les ont précédés en Provence est singulièrement méconnue.

Par cette exposition, l’atelier Grognard souhaite mettre en évidence les expériences et les innovations de l’école de Marseille et analyser son influence prépondérante sur la représentation du paysage au milieu du XIXe siècle.

En effet, ce naturalisme provençal se manifeste par le goût d’une peinture en plein air, claire et lumineuse, souvent spontanée, libérée des conventions du cadrage et du souci de bien composer. Loin d’être des peintres banals du terroir, enfermés dans un régionalisme un peu folklorique, ces artistes se révèlent aujourd’hui dans toute leur audace. Intégrant des phénomènes aussi importants que la planéité, l’influence de la photographie et du japonisme.

L’exposition s’attachera également à une jeune génération qui bouleversa les données établies et que l’on a coutume d’appeler les fauves provençaux.
Enfin, sera étudié l’attrait du Midi sur des artistes étrangers à la Provence, parisiens pour la plupart, pour qui la découverte du Midi fut essentielle à leur parcours plastique.

Quelques sections sont définies dans le parcours de l’exposition :
- L’École de Marseille, 1850-1870, avec les peintres Emile Loubon (1809-1863), Paul Guigou (1834-1871), Félix Ziem (1821-1911) et Raphaël Ponson (1835-1904).

- Le Naturalisme en Provence, 1870-1900, avec Jean-Baptiste Olive (1848-1936), Adolphe Monticelli (1824-1886), Joseph Garibaldi (1863-1941)

- Les Fauves provençaux dont font partie : Charles Camoin (1879-1965), Auguste Chabaud (1882-1955), Alfred Lombard (1884-1973), René Seyssaud (1867-1952), Louis Mathieu Verdilhan (1875-1928).

- L’attrait du Midi. Parmi les habitués : Paul Signac (1869-1935), Louis Valtat (1869-1952), Henri- Charles Manguin (1874-1949) et Albert Marquet (1875-1947) ou Charles-Henri Person (1876-1926), Théo Van Rysselberghe (1862-1926), André Lhote (1885-1962), ou encore Raoul Dufy (1877-1953) et Francis Picabia (1879-1953).

Du 14 décembre 2013 au 17 mars 2013