Palais des beaux-arts de Bruxelles
Bruxelles : Zurbarán

Un maître de l’âge d’or espagnol

Article mis en ligne le 26 janvier 2014
dernière modification le 26 mai 2014

Pour le première fois, un musée de Belgique propose une exposition consacrée à Francisco de Zurbarán. Le Palais des beaux-arts de Bruxelles présente en effet dès fin janvier un aperçu de la production artistique de cet artiste. Organisée par la Fondation Ferrara Arte en collaboration avec le Centre for Fine Arts de Bruxelles, cette monographie a eu les honneurs du Palazzo dei Diamanti de Ferrare de septembre 2013 à début janvier 2014.

Francisco de Zurbarán est l’un des grands peintres baroques espagnols, à l’instar de Velázquez et de Murillo. Son œuvre (essentiellement des sujets religieux) se caractérise par un naturalisme pur, empreint d’une sensibilité poétique moderne. Une sélection rigoureuse d’œuvres en provenance de musées et de collections privées européennes et américaines recouvrent les étapes les plus marquantes de la carrière de Zurbarán. Un artiste qui s’est affirmé sur la scène de Séville, la Florence espagnole, avec des œuvres telles que « La vision de St. Pierre Nolasco » (1629, Madrid, Museo del Prado) ou, plus tardivement, avec Saint-François d’Assise dans sa tombe (1630-34, Milwaukee Art Museum).

Le parcours de l’exposition, partagé en sections chronologico-thématiques, met en évidence le talent du peintre à imposer un registre novateur aux thèmes de la tradition. Un des points forts du renouveau formel est sans conteste les natures mortes et les thèmes allégoriques, comme Une tasse d’eau et une rose (vers 1630, Londres, The National Gallery) ou l’Agnus dei (vers 1634-40, San Diego Museum of Art). Dans ces œuvres, Zurbarán allie le raffinement poétique à la sobriété de la composition, à la pureté des formes et au traitement de la lumière, ce qui en magnifie le sujet.

Le « peintre de la contre-réforme » traduit dans ses toiles la nouvelle mentalité apparue après le Concile de Trente (1545-1563), qui a fait souffler sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles un vent de nouveauté, non seulement dans le domaine des beaux-arts mais aussi dans le théâtre, la littérature et la musique. Vous pourrez vous en rendre compte grâce à une série de concerts et d’activités organisés en marge de cette rétrospective.

Du 29 janvier au 25 mai 2014.