Palazzo Magnani, Reggio Emilia
Reggio Emilia : L’énigme Escher

Paradoxes graphiques entre les arts et la géométrie

Article mis en ligne le 20 décembre 2013
dernière modification le 24 mars 2014

par Viviane Vuilleumier

L’artiste néerlandais Maurits Cornelis Escher (né en 1898, Leeuwarden - mort en 1972 à Laren) a acquis la notoriété grâce à ses xylogravures, lithographies et mezzotintos souvent inspirées des mathématiques. Le Palazzo Magnani de Reggio Emilia lui rend hommage en présentant 130 œuvres qui célèbrent le génie de celui qui a su séduire tant les mathématiciens, les architectes que les intellectuels.

Ses œuvres ont toutes pour particularité de représenter, selon Wikipédia, « des constructions impossibles, des explorations de l’infini, des pavages et des combinaisons de motifs qui se transforment graduellement en des formes totalement différentes ».

L’exposition organisée à Reggio Emilia présente la production du graveur et graphiste hollandais, de ses débuts jusqu’à la maturité, grâce à des prêts provenant de musées prestigieux, de bibliothèques et institutions nationales - parmi lesquels la Galerie d’Art Moderne de Rome, la Fondation Wolfsoniana de Gênes - ainsi que d’importantes collections privées. Au Palazzo Magnani sont réunis des xilogravures et des mezzetintos qui tendent à présenter les constructions de mondes impossibles, ou ces fameux motifs géométriques qui changent graduellement de formes.

Le visiteur pourra également voir les premières épreuves d’œuvres comme Ex Libris (1922), Scarabée (1935) ou Métamorphoses II, une des plus grandes xylogravures à quatre coloris jamais réalisées pour narrer une histoire par images, dans laquelle une scène conduit à la suivante à travers une subtile et graduelle mutation des formes ; ou encore la figure impossible de En haut et en bas (1947) et du Belvédère (1958), voir l’extraordinaire tension dynamique entre les figures et l’arrière-fond dans une illustration comme Poissons (1963).

L’exposition est en outre conçue comme un instrument et une machine didactique qui permettent d’entrer dans la créativité de cet artiste singulier. Des installations suggestives immergeront donc le visiteur dans le procédé magique d’Escher qui, si la grandeur d’un artiste se mesure à sa capacité à influencer d’autres artistes, peut être considéré comme un artiste au sommet. Son influence a été considérable, tant son art a suscité d’émules, tels Vasarelyy ou Lucio Safffaro ; il a également été reproduit en timbres-postes ou en cartes de vœux...

Jusqu’au 23 mars 2014