Grand Palais, Paris
Paris : Bill Viola

La vidéo comme un art

Article mis en ligne le 24 avril 2014
dernière modification le 21 juillet 2014

par Viviane Vuilleumier

Jusqu’au 21 juillet, l’art vidéo est à l’honneur au Grand Palais, avec l’exposition consacrée à Bill Viola, l’un des plus célèbres représentants de cet art.

Une grande partie de l’œuvre de Bill Viola est ainsi présentée, couvrant une période allant des années 1977 à aujourd’hui. On pourra voir, pour la première fois au Grand Palais, des tableaux en mouvement et des installations monumentales qui, tous, expriment le cheminement émotionnel et spirituel de l’artiste à travers de grands thèmes métaphysiques - vie, mort, transfiguration...

Avec vingt œuvres magistrales - soit cinquante écrans et des heures d’images - Bill Viola au Grand Palais constitue l’une des plus larges rétrospectives consacrées à l’artiste. L’œuvre de Bill Viola a été présentée et célébrée dans les plus grands musées : première rétrospective au Whitney Museum de New York en 1997, MOMA à New York, National Gallery de Londres, Mori Art Museum de Tokyo, J. Paul Getty Museum à Los Angeles, Guggenheim Museum (Bilbao, Berlin, New York)...

Il manquait une rétrospective en France, où Bill Viola est peu présent dans les collections nationales, mais a été cependant très tôt identifié comme un grand artiste (présentations au Musée d’art moderne de la ville de Paris en 1983, à la Fondation Cartier en 1990, au Musée de Nantes en 1992, au Festival d’automne en 1996). C’est donc chose faite avec la présentation du Grand Palais, qui couvre les quatre décennies de l’œuvre de Viola.

La technologie vidéo telle que est utilisée par Bill Viola convoque un univers d’images digitales s’inscrivant dans l’histoire de l’art, telles que des références aux grands maîtres - Goya (The Sleep of Reason, 1988) et Jérôme Bosch (The Quintet of the Astonished, 2000). Le spectaculaire polyptyque Going Forth By Day (2002) forme un vaste ensemble mural de tableaux digitaux dans le même esprit que les fresques de Giotto dans la basilique Saint-François d’Assise - sommet inégalé de l’installation artistique selon Viola et référence ultime de l’artiste.

Jusqu’au 21 juillet 2014
Grand Palais, entrée Champs-Élysées

A noter que Bill Viola fait également l’objet d’une exposition, répartie sur deux sites, à Berne jusqu’au 20 juillet