Théâtre de l’Odéon - 6e, Paris
Paris : « Cyrano de Bergerac »

Truculence !

Article mis en ligne le 8 mai 2014

par Viviane Vuilleumier

La truculence de Cyrano de Bergerac fera bientôt recette sur les planches du théâtre de l’Odéon. En effet, Dominique Pitoiset s’attelle à la mise en scène de la pièce d’Edmond Rostand, et son parti pris est original, puisqu’il souhaite éclairer la violente séduction de Bergerac à la lumière de Vol au-dessus d’un nid de coucou.

Cyrano de Bergerac est un homme excessif, dont le verbe se révèle souvent explosif, et qui multiplie les provocations. Pourtant, c’est également un homme amoureux, désespérément épris de la belle Roxane, mais c’est surtout un timide qui n’ose pas déclarer directement sa flamme à l’élue de son cœur.

« Cyrano de Bergerac »
© Brigitte Enguérand

Il usera donc d’un stratagème : compter fleurette par personne interposée, en l’occurrence Christian qui, s’il a belle allure, n’a guère d’esprit, alors que Roxane prise les beaux esprits. Cyrano, donc, écrira de belles et précieuses lettres, que Christian transmettra à la belle comme venant de lui.

« Cyrano de Bergerac »
© Brigitte Enguérand

Voici, brièvement résumée, l’intrigue de « Cyrano de Bergerac », cette magnifique pièce de théâtre qui a déjà séduit un public nombreux depuis sa création en 1897 et qui, ne l’oublions pas, à apporter la gloire à son auteur. La version présentée à l’Odéon a été créée à Rennes et, après une tournée triomphale dans toute la France, arrive à Paris

« Cyrano de Bergerac »
© Brigitte Enguérand

Sur la scène de l’Odéon, c’est Philippe Torreton qui sera Cyrano. Le comédien se dit ravi que Dominique Pitoiset ait eu l’audace de concevoir un Cyrano aussi inédit, plaçant l’histoire dans une ambiance moderne et soumettant les personnages à une analyse clinique. Lors d’un entretien accordé à Daniel Loayza, Philippe Torreton dit avoir « toujours trouvé qu’il y avait un paradoxe entre l’immense popularité de cette pièce, donc du personnage, et la réalité des sociétés dans lesquelles nous vivons » car, toujours selon le comédien, « avec Cyrano, nous applaudissons un héros intransigeant, autonome, refusant le compromis, qui va au bout de ses fidélité amicales, esthétiques, amoureuses, alors que nous vivons quand même dans un monde assez veule, assez lâche ».

Décidément, Cyrano ne sera plus jamais comme avant. Pitoiset a largement gagné son pari – et avec lui Philippe Torreton, qui tient là l’un de ses plus grands rôles.

Du 7 mai au 28 juin 2014
Location 01 44 85 40 40 / www.theatre-odeon.eu