Film de septembre 2007 : “La Maison“

Pour la 9e fois, le tandem Manuel Poirier - Sergi Lopez fonctionne à merveille.

Article mis en ligne le septembre 2007
dernière modification le 22 février 2012

par Firouz Elisabeth PILLET

La maison


de Manuel Poirier, avec Sergi Lopez, Bruno Salomone, Barbara Schulz, Bérénice Bejo. France, 2007.

Voilà une collaboration qui perdure : Sergi Lopez joue pour la neuvième fois dans un film de Manuel Poirier. Le réalisateur s’explique sur leur tandem : « La question n’est pas de changer ou non d’acteur d’un film à l’autre, mais : Où est-ce que je peux aller plus loin, de quelle manière, avec qui ? J’aime les prises de risques sur un jeu qui ne soit pas calé, sur le rapport à l’instant, et il [Sergi Lopez] les accepte sans avoir peur de ses propres émotions."
Tous les autres comédiens de La Maison, Bruno Salomone, Barbara Schulz, et Bérénice Bejo sont nouveaux dans l’univers de Manuel Poirier. Plus habitués aux comédies grand public qu’au cinéma d’auteur, ces acteurs ont retenu l’attention du réalisateur, il commente : "Je construis mes castings de façon très instinctive. » Son instinct est infaillible : le résultat est probant et le quatuor d’acteurs s’épanouit dans une histoire qui reste, pourtant, d’un abord difficile.
Malo, père de trois enfants et en instance de divorce, découvre par hasard, avec un ami, une maison qui doit être vendue aux enchères. Une demeure de maître, en pleine campagne francilienne, loin du tumulte de la capitale qu’il ne supporte plus. C’est aussi l’histoire de cette lettre de petite fille qu’il a trouvée dans la maison. Et c’est l’histoire de cette maison qui a été saisie pour être vendue et qui est la maison d’enfance de deux jeunes sœurs : l’une se refuse à tout compromis ; la seconde, résignée, est en proie un terrible dilemme : soutenir sa sœur ou laisser faire la justice.

« La Maison » de Manuel Poirier

Autre protagoniste non négligeable du film : la maison. L’aspect intemporel permet également de faire de la maison le "personnage" principal, au centre d’une histoire universelle. La maison fonctionne réellement comme si elle était le "personnage" principal du film en ce sens que toutes les rencontres tournent autour d’elle et qu’elle représente les différentes aspirations des personnages. Tout semble y devenir possible : arrêter le cours de la justice, remonter le temps, entamer une nouvelle histoire d’amour. Lahsa De Sela, chanteuse américano-mexicaine vivant au Québec, signe la bande-originale de La Maison. Dans le film, la musique que Malo écoute dans son appartement est tirée de son deuxième album, The Living Road qu’elle a composé à Marseille. Sa voix suave sert d’intermède entre chaque rencontre des personnages, dans les instants de répit pour Malo qui réfléchit à sa situation. Il semblerait que Manuel Poirier, né au Pérou, remonte à ses sources, en s’entourant, consciemment ou non, d’une équipe ibérico-latine : Sergi Lopez, Bérénice Bejo, Lahsa. Le mélange lui réussit puisqu’il parvient à traiter avec brio des sujets délicats (divorce, deuil de l’enfance, saisie d’huissier) sans jamais tomber dans le mélodrame facile.
Bonne nouvelle pour ses fidèles spectateurs : des confidences laisseraient croire qu’une dixième collaboration entre Poirier et Sergi Lopez soit de mise pour 2008.

Firouz Elisabeth Pillet