Evian
Evian : « Andromaque 10/-43 »

Une tragédie en chemin

Article mis en ligne le 11 mai 2014

par Viviane Vuilleumier

Le théâtre du Casino à Evian aura la chance d’assister, en mai, aux représentations d’Andromaque 10/-43. Basée sur le texte de Jean Racine, lequel s’est approprié la tragédie d’Euripide en l’adaptant à son époque, la pièce est ici présentée dans la mise en scène de Kristian Frédric, une mise en scène qui convoque Andromaque pour lui faire goûter les fruits amers de notre époque.

Andromaque est, avec Bérénice, l’emblème de la tragédie humaine. Elles sont transcendées par l’amour, et interdites d’aimer par la raison d’État ou les lois des hommes qui ne sont pas des dieux.

« Andromaque 10/-43 »
© Nicolas Descôteaux

Le metteur en scène Kristian Frédric, Lauréat de la Villa Médicis Hors Les Murs 2005 et Chevalier des Arts et des Lettres en France, convoque Andromaque pour la “transplanter“ dans notre époque. Une époque où l’on tue comme on respire et où le progrès, cette promesse toujours remise au lendemain, consacre ce déni de l’autre. Kristian Frédric utilise le théâtre comme une arme pour dénoncer « un monde amnésique et inhumain » et ne manque pas de constater et affirmer que la destruction de l’homme par l’homme est encore une recherche de la communication. Dans un univers complètement fantasmagorique, il suggère et souligne la force de l’imagination et nous emmène aux frontières du réel où nul ne peut discerner le vrai du faux.

Pour reprendre les termes du dramaturge Lionel Ciuch, sous cet éclairage,« la tragédie n’a rien perdu de sa pertinence. Tandis que l’on massacre et que l’on tue, parce qu’il faut bien affirmer sa puissance et que les marchés imposent leurs lois, l’homme reste cet enfant inconsolable qui oppose sa révolte au silence des cieux. Avec “Andromaque 10-43“, c’est donc un souffle que nous tentons de saisir. Des temples de marbre de l’Antiquité aux QG suréquipés du XXIe siècle, il témoigne de notre perpétuelle impuissance à trouver une harmonie avec le monde. De Troie à Bagdad, il balaie les mêmes poussières de vérité et de certitude. Une fois encore, dans ces décombres, tendons l’oreille pour écouter ce que nous dit la fille du roi de Thèbes  »


- Du 15 au 17 mai, Théâtre du Casino, Evian (loc. 04.50.71.39.47 ou en ligne : billetterie.mal-thonon.org)