Fondation Martin Bodmer, Cologny
Cologny : « Alexandrie La Divine »

Hommage

Article mis en ligne le 8 mai 2014
dernière modification le 12 septembre 2014

par Viviane Vuilleumier

La Fondation Martin Bodmer, la Fondation Gandur pour l’Art et la Biblioteca Medicea Laurenziana s’associent pour consacrer une magnifique exposition à « Alexandrie La Divine ».

Alexandrie fut la première mégapole de l’histoire, fondée au centre du monde par Alexandre lui-même pour devenir la capitale du premier empire universel. « Alexandros », “sauveur de l’homme“, unit à nouveau les hommes en un espace commun régi par les mêmes lois et partageant des valeurs et une culture communes. Tel était son rêve que la mort brisa. De toutes les Alexandrie fondées par le jeune conquérant, seule celle d’Egypte incarna la dimension universaliste de son projet en devenant un lieu de rencontre et d’échanges pendant près de sept siècles. Le commerce, mais aussi les sciences et les arts y connurent un développement sans précédent, et sans véritable équivalent jusqu’à la Renaissance.

Selon les Alexandrins eux-mêmes, Alexandrie était « au centre de la terre, telle un monde divin, objet universel de désir ». La capitale voulue par Alexandre le Grand fut au cœur de la première mondialisation des savoirs et des croyances : les sciences, les arts, les techniques et l’urbanisme connurent un développement sans précédent, qui changea le cours des civilisations.

Tel est le but de l’exposition présentée à la Fondation Bodmer : évoquer ainsi l’histoire millénaire de la « ville phare », grâce à un ensemble unique d’objets écrits - sous forme de paryrus, de manuscrits ou d’incunables -, retraçant l’histoire de la cité et celle du développement des cultures en jeu, côtoie des objets archéologiques inestimables, qui disent le quotidien et les croyances, dans toute leur richesse et leur complexité. A découvrir également : la statue équestre d’Alexandre, sa tête en marbre, les bronzes de la déesse Maât, d’Osiris, de Sarapis et d’Isis, les faïences du babouin et du dieu Toth, ...

A voir jusqu’au 31 août 2014